Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Massoudou Hassoumi, ministre nigérien de la défense

Massoudou Hassoumi, ministre nigérien de la défense

Irrité et assailli par les informations relayées par la presse étrangère au sujet de l’envoi des troupes tchadiennes venues prêter mains fortes aux forces nigériennes, Massaoudou Hassoumi, ministre nigérien de la défense est sorti de son silence pour démentir le gouvernement tchadien.

 

Le 03 juin dernier, les combattants de Boko-Haram ont attaqué les forces nigériennes dans la localité de Bosso. Cette attaque meurtrière a coûté la vie à plusieurs militaires nigériens. Ce qui a obligé le président Mamadou Issoufou a effectué le 07 juin une visite à Ndjaména pour demander de l’aide à Idriss Deby.

Connu pour sa légendaire générosité et son interventionnisme militaire au-delà de ses frontières, le Tchad a annoncé immédiatement l’envoi de ses troupes en territoire nigérien.

Cette annonce du Tchad a vexé Massaoudou Hassoumi, ministre nigérien de la défense qui est obligé de rompre le silence pour recadrer les médias étrangers qui ont diffusé sans retenue les informations véhiculées par les autorités tchadiennes en quête d’une légitimité internationale.

Dans une mise au point, le ministre nigérien de la défense a apporté un démenti ferme «Mais tous les grands médias internationaux étaient en train de dire que les Tchadiens sont arrivés à Bosso » avant d’ajouter « les Tchadiens ne sont pas rentrés au Niger, nous sommes en train de mobiliser d’autres forces ailleurs ».

Cette réaction de Hassoumi Massoudou, témoigne l’agacement dans la sous-région de voir le Tchad jouer un rôle de pilier dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Au regard de cette mise au point, on peut affirmer sans risque de se tromper que le leadership militaire d’Idriss DEBY est en jeu. Le Niger refuse d’être le ventre mou d’une sous-région déboussolée par la menace terroriste.

 

Makaila.fr