Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

La lettre de François Hollande à Blaise Compaoré quelques jours avant sa chute, la visite de Manuel Valls au Tchad et au Niger ce week-end... Autant de sujets qui montrent combien la France reste mobilisée sur le continent africain. Mais s’agit-il de la même politique que du temps de Nicolas Sarkozy ? Aujourd’hui, l’association Survie publie aux Editions SyllepseFrançafrique, la famille recomposée. Le président de Survie, Fabrice Tarrit, est le coordinateur de cet ouvrage. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

 

« Les discours sur la fin de la Françafrique, on en a entendus beaucoup. Le prédécesseur de François Hollande avait lui-même annoncé une rupture qui n’a pas eu lieu. Donc, ce n’est pas sur ces discours que l’on attendait François Hollande, mais bien sur ses actes. Et force est de constater à mi-mandat que François Hollande s’est inscrit dans le fauteuil de ses prédécesseurs et à fait de la politique française en Afrique un pilier qui repose toujours sur les mêmes composantes : l’ingérence militaire, le soutien des dictateurs et la promotion tous azimuts des intérêts économiques français. Donc, on est encore à l’âge d’or de la Françafrique. »