Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpg
Dr. Ali Gaddaye

Une lecture de la situation au Tchad créée au lendemain de la visite de Deby au Soudan.

Deby a su momentanément contourner l’impasse inéluctable qui attend sa politique menée sur la base du mensonge, de l’hypocrisie et surtout de l’improvisation. Il est dit en effet, quelque part>.

Le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE) du Dr Khalil parent de Deby s’est transformé en un fardeau insupportable pour le peuple tchadien. On doit en effet, noter que les éléments armés du MJE sont confondus à la milice chargée de protéger Deby, qui sème la désolation au niveau de toutes les couches populaires du peuple tchadien (viol, pillage, violence, séquestre etc…). Cette milice a été décriée par le peuple tchadien. Le fossé entre Deby doublé de sa fameuse milice et le peuple tchadien ne cesse de s’élargir. Le risque d’un soulèvement populaire se pointe à l’horizon.

En sus, il y a la perspective des élections législatives et locales qui devraient se dérouler au courant de l’année 2010 et les présidentielles en 2011. Pour éviter l’éruption d’un volcan en sommeil eu égard à tous ces ingrédients, Deby espère désamorcer la situation en vue de créer un semblant de calme propice à son exercice favori à savoir la fraud e qui lui permet de gagner les prochaines élections d’où son maintien au pouvoir envers et contre tous. C’est pourquoi, il est allé brader son cousin Dr Khalil au Président soudanais Oumar Albechir. Oui la braderie est le terme qui convient à cette opération. Car, elle a été menée dans un contexte de politique spectacle en court-circuitant les pourparlers qui se déroulent à Qatar avec le paraphe d’un accord cadre entre le MJE et le gouvernement soudanais
Deux leçons à tirer de cet acte :

- reconnaître publiquement que la rébellion du Darfour est entretenue grâce aux deniers publics du Tchad et ce, au détriment du bien être du peuple tchadien privé délibérément de son droit de jouir de ce qui lui appartient ;
- la reconnaissance solennelle que la guerre du Darfour c’est lui qui détient sa clé.

Toutefois le peuple tchadien et avec lui les observateurs avertis du problème du Tchad ne sont pas dupes. Le Tchad est plus que jamais exposé à une implosion. Deby et ses acolytes ont désormais le dos face au mur. Toute tentative de fuite en avant, visant le maintien de ce dernier au pouvoir est vouée d’avance à l’échec elle peut même être mortelle.

Pendant ce temps l’opposition armée qui malgré toutes les vicissitudes qui la secouent, demeure encore l’arme qui ôte le sommeil à Deby. Car, elle continue à conserver son rôle de fer de lance pour toute opération visant à venir à bout du régime de la tyrannie. Elle doit à cet effet, se restructurer afin de se débarrasser de toute pesanteur empêchant son harmonie, sa sérénité bref son unité.

Le temps d’imposer des leaders à l’opposition armée est désormais révolu. En effet, les paramètres qui commandent l’acceptation d’une telle situation ne sont plus de mise. C’est pourquoi, elle (opposition armée) doit ouvrir une nouvelle page.

Dans cette perspective, elle doit revoir toutes ses copies afin de retrouver un nouvel élan consensuel. Un seul acquis dont la remise en cause n’est point envisageable, c’est le cadre unitaire réalisé grâce à des énormes concessions consenties par les uns et les autres. Pour le reste, tout est sujet à discussion.

La formule qui, à notre sens peut permettre d’aider à réaliser rapidement un consensus est la suivante :

1* la création de trois (3) commissions :

-une commission militaire ;

-une commission chargée des négociations si négociation il y a ;

-une commission de coordination.

2* Laisser la latitude a chaque commission de s’organiser. Cependant, il serait souhaitable de proposer le schéma suivant pour avancer :

Chaque commission doit disposer d’une direction choisie par elle-même en son sein. Cette direction doit se composer de :

- un Président ;

- un Vice-président et

- trois rapporteurs

La commission coordination présente une spécificité. C’est pourquoi, sa direction doit prendre la forme suivante :

- un Président

- deux Vice-présidents qui sont les présidents de deux autres commissions en vue de réaliser une meilleure coordination.

- Deux rapporteurs.

3* Le nombre des membres de chaque commission :

- la commission défense doit être composée de quinze (15) membres. Car, l’efficacité et l’harmonie nécessaires à l’action de chaque commission riment avec le nombre restreint de membres.

- La commission chargée des négociations doit compter vingt cinq (25) membres. En effet, celle-ci est appelée à s’éclater en groupe de travail selon les thèmes de négociations.

- La commission coordination. Il s’agit d’un directoire qui coordonne et supervise les activités de deux autres commissions. C’est pourquoi, le nombre de ces membres ne doit pas dépasser neuf (9). Ce nombre semble raisonnable et permis à la commission d’accomplir sa mission.



Fait le 25 février 2010

Dr. ALI GADDAYE ADOUKHOUR