Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

COMMUNIQUE DE PRESSE DE ACTUS/prpe SUITE AU JUGEMENT D’AMIENS.

 

Le cuisant échec du Dr Fidel MOUNGAR après sa saisine du Tribunal d’Amiens contre Dr LEY-NGARDIGAL et NDONINGA qui sortent gagnants et renforcés.

 

PtoLnd Josue[1]Dans une lettre introductive du 21 juin 2010, Dr Fidel MOUNGAR Secrétaire Général de l’ACTUS, allié objectif du dictateur DEBY et ses lieutenants ont annoncé avec joie et cynisme la condamnation du Secrétaire Général de l’ACTUS/prpe, Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum et son camarade Secrétaire à la Communication, NDONINGA Josué par le Tribunal de première instance d’Amiens.

 

Pourquoi Fidel MOUNGAR et ses Lieutenants ont menti en considérant le public tchadien comme analphabète, incapable de lire et de comprendre la quintessence d’un jugement ? Seraient-ils atteints de cécité judiciaire ou feraient-ils preuve de malhonnête intellectuelle caractérisée ?

 

Leur introduction « triomphaliste » et tonitruante cache mal leur amertume sur le jugement. En effet, elle ne correspond nullement à la teneur exacte de ce dernier. Leurs revendications exorbitantes, ubuesques et insensées transmises au Tribunal, visent notre anéantissement définitif de la scène politique nationale. Ils souhaiteraient nous empêcher de lutter contre leur allié le dictateur Déby. Cependant, le Tribunal a rejeté leur demande. Quel cuisant échec pour Fidel MOUNGAR et ses acolytes !

 

Dans ses conclusions (Pages 6 -7) du 10 Janvier 2008 adressées au Tribunal, Dr Fidel MOUNGAR demande à notre encontre les condamnations démentielles suivantes :

 

1- Nous devons payer 15000 euros par infraction constatée, auxquelles viennent s’ajouter 3000 euros pour dispositions pénales et les prix de publications du jugement (de plusieurs pages) dans les journaux français, tchadiens et sur différents sites.

 

Parmi la presse exigée par Fidel MOUNGAR pour ces publications, figure notamment le prestigieux mensuel français Le Monde diplomatique, puis viennent la presse nationale N’Djaména Hebdo, l’Observateur, le Temps, Notre temps, Présidence du Tchad, Primature Tchad.com, Tchadeco. Aux trois factures déjà hyper salées, viendront se greffer les frais de justice qu’il a engagés dans cette affaire et enfin de fortes sommes pour dommage et intérêts.

 

L’objectif obsessionnel affiché de Fidel MOUNGAR est de nous anéantir financièrement afin de nous liquider de la scène politique tchadienne.

 

Un rapide calcul partiel vous édifiera sur la démesure de ce que voulait Fidel

MOUNGAR : Dans ses conclusions adressées au Tribunal, une dizaine de nos écrits considérés comme infractions ont été joints en annexe.

 

Si nous comptabilisons seulement 10 articles (une partie infime de notre prolifique production depuis plus d’une décennie), nous aurons déjà à débourser 150.000 Euros soit 98.393.600 FCFA. À cette somme viendront s’ajouter tous les autres frais susmentionnés. En clair, nous aurons à débourser la coquette somme d’argent qui s’élèverait à environ 152.449 Euros ou 100.000.000 FCFA. Un montant suffisant pour réaliser plusieurs forages de puits afin de donner de l’eau potable aux populations ou vacciner plusieurs milliers d’enfants contre la polyémélite et enfin elle pourrait permettre de payer quelques mois d’arriérés de salaires des fonctionnaires ou la bourse des étudiants abandonnés à leur triste sort par le gouvernement du tyran Déby.

 

Le Tribunal de première instance d’Amiens a aussi rejeté l’une des demandes insatiables de Fidel MOUNGAR : celle de nous contraindre à payer les publications dudit jugement dans de nombreux journaux parmi lesquels figure le prestigieux mensuel français en l’occurrence Le Monde Diplomatique. L’Homme rêvait déjà s’offrir une publicité politique gratuite en nous asphyxiant financièrement.

 

La volonté affichée et maintes fois réaffirmée par Fidel MOUNGAR à certains de ses interlocuteurs, est de nous liquider de la scène politique tchadienne. À défaut de réaliser physiquement ce cynique objectif, il est résolu de nous anéantir financièrement. Mais malheureusement pour lui, l’indépendance de la justice en France est une réalité.

 

Elle n’a pas suivi ses morbides conclusions susmentionnées.

 

2- Le taux d’astreinte par infraction constatée demandé par Fidel

MOUNGAR, fond comme neige au soleil. Il est ramené à seulement 150 Euros au lieu de 15000 Euros exigés au départ. Conformément à l'article 700 du Nouveau Code de procédure civile (Art 700 NCPC), nous devons payer 1500 € de frais irrépétibles.

 

3- Enfin, le Tribunal de première instance d’Amiens n’a retenu contre nous que la somme symbolique de 1 (un) € à payer car les dommages et préjudices causés à l’ACTUS de MOUNGAR et à lui-même ne sont pas prouvés.

 

4- Concernant notre exclusion de l’ACTUS le Tribunal d’instance d’Amiens a débouté et humilié Fidel MOUNGAR en invalidant cette décision arbitraire, antidémocratique, laquelle est une flagrante violation des Statuts du Parti.

 

5- Le Tribunal affirme de surcroît que nous sommes bien membres de l’ACTUS et avons le droit d’utiliser le logo et la dénomination du Parti. Cependant, nous n’avons pas le droit d’utiliser les titres de Secrétaire Général et de Secrétaire à la Communication de l’ACTUS de Fidel MOUNGAR , un Parti allié du dictateur Déby, légalisé et ayant son siège au Tchad.

 

Au demeurant, nous réaffirmons avec force que depuis le 3 février 2009, la conférence extraordinaire d’Amiens a consacré une scission définitive et irréversible entre le courant révolutionnaire communiste du Parti dirigé par leCamarade LEY-NGARDIGAL Djimadoum et le courant réactionnaire, révisionniste , allié de l’impérialisme dirigé par Fidel MOUNGAR.

Nous avons adopté la dénomination de : Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme/Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS / prpe).

 

Nos statuts et notre sigle (épi de sorgho et marteau) sont différents de ceux de l’ACTUS de Fidel MOUNGAR, déposés au Ministère de l’intérieur pour sa légalisation en 1992.

 

Cette démarcation par le nom et le sigle, est importante impérieuse et urgente. En effet, elle permettrait d’éviter les amalgames entre les deux Partis issus de cette scission amorcée depuis la Conférence nationale de 1995 où le Camarade LEY-NGARDIGAL Djimadoum fut démocratiquement élu au poste de Secrétaire Général. Une décision que Fidel MOUNGAR n’a jamais acceptée d’où sa furie guerrière déclanchée depuis lors contre nous.

 

Une autre différence capitale entre les deux Partis est : l’appartenance de l’ACTUS/prpe dirigée par le Camarade LEY-NGARDIGAL Djimadoum, à l’opposition radicale des Forces de résistance nationale. Tandis que l’ACTUS qui est sous la férule de Fidel MOUNGAR est légalisée au Tchad. C’est l’alliée objective du tyran Déby.

 

Nous sommes dirigeants du Parti ACTUS/prpe dont nous sommes respectivement Secrétaire Général et Secrétaire à la Communication. Nous continuerons notre combat politique sous ses attributions décidées démocratiquement et souverainement par le Parti .

 

La lutte de notre Parti, ACTUS/prpe contre la tyrannie du Général-Président Déby continuera imperturbablement n’en déplaise aux alliés du dictateur, et ce, quels que soient les sacrifices à consentir afin de contribuer à la libération de notre Peuple martyr.

 

6- Le coup de massue infligé par le Tribunal de première instance à Fidel MOUNGAR montre que la déconcertante légèreté avec laquelle il considère le Parti comme sa propriété privée, est fragile car la raison collective et démocratique, notre conviction de la justesse de notre combat et notre persévérance dans la lutte de libération de notre peuple ont fini par triompher.

 

Fidel MOUNGAR a remué terre et ciel pendant des années afin de nous abattre, nous adversaires politiques. Cependant, malheureusement pour lui la moisson escomptée est nulle. Ce piètre résultat de 1 (un) Euro symbolique que nous devons payer, lui donnerait incontestablement des insomnies. Il se rongerait les ongles pour assouvir sa nervosité légendaire. Le jackpot qu’il a tant escompté n’était pas au rendez-vous.

 

Le seul crime de lèse majesté que nous avons commis, c’est d’appartenir aux Forces de résistance nationale et que nous luttons avec détermination et constance depuis plus d’une décennie contre le dictateur Déby dont Fidel MOUNGAR est le fidèle allié.

 

Plusieurs dizaines de Partis politiques tchadiens existants ont tous connu des affrontements et divergences internes qui ont conduit aux multiples scissions en cascades. Cependant, jamais de mémoire de tchadien, aucun Leader politique excepté Fidel MOUNGAR n’a eu recours à un tribunal étranger pour condamner des citoyens tchadiens qui s’opposaient aux directions contre leurs orientations politiques contraires aux programmes et aux Statuts des Partis. Ridicules gesticulations d’un individu qui aspire diriger un pays. Nous avons à faire à un Homme qui s’autoproclame démocrate mais en réalité renferme en lui tous les germes d’une terrifiante et subtile dictature.

 

En effet, il est incapable de respecter et d’appliquer la démocratie au sein de son Parti. Notre Peuple est mature et ne se laissera plus jamais duper par les verbes hauts en couleurs des membres de ce que nous appelons : Alliance nationale des dictateurs tchadiens (ANDT) avec à sa tête le despote en Chef Idriss Déby Itno.

 

Nous nous réjouissons et sortons renforcés dans notre combat implacable aux côtés des Forces de résistance nationale contre le tyran Déby. Notre Parti, ACTUS/prpe sort donc grandi de cette dure épreuve. La légitime lutte de libération de notre Peuple contre le régime dictatorial et ses alliés, triomphera car elle juste.

 

L’ACTUS/prpe ne ménagera aucun effort aux côtés des Forces de résistance nationale afin de mettre hors d’état de nuire le dictateur Général-Président Déby, responsable de plus de 30.000 assassinats en 20 ans de tyrannie selon les différents rapports des associations des droits de l’Homme. Nous n’accepterons jamais de nous accommoder des auteurs et leurs complices des crimes contre l'humanité.

 

Vive les Forces de résistance nationale pour que vive la libération de notre Peuple.

 

Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS / prpe)

 

Le Secrétaire Général                                            Le Secrétaire à la Communication

Dr LEY- NGARDIGAL                                              Djimadoum M. Josué NDONINGA

00 33 6 64 95 62 18