Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Une maison à 6 milliards pour fabriquer y des…. Poteries.

Chaque jour qui passe, le régime nous assène ses trouvailles plus excentriques les unes que les autres. Dernière en date, la construction d’une maison pour les femmes leur permettant de se former et améliorer ainsi leurs indépendances dans une société où la place de la femme est souvent ignorée. Donc construire une maison pour les femmes est plus que nécessaire, mais là où le bât blesse c’est lorsque la 1ère d’entre elles (c’est le titre qu’elle s’est octroyée) annonce ; sans aucune délicatesse, qu’on peut y apprendre la poterie (voir vidéo en bas).  Elle vient d’anéantir tous les aspects nobles de cette démarche. Il faut savoir que le Tchad, à l’instar des pays africains, est rongé par des us et coutumes improductifs et obscurantistes réduisant certaines activités à une appartenance à une catégorie tribale inférieure. Cet état d'esprit, il faut le dire, est entretenu voire même encouragé par le régime pour empêcher toute évolution des traditions et autres moeurs tchadiennes. Ainsi, dans certaines régions du Tchad (notamment le Batha cher à la dame nationale), il n’y a pas pure insulte que de qualifier une femme de…. Potière. Comme si même ayant un endroit pour se former, les femmes ne doivent pas prétendre qu’à un métier sociologiquement avilissant.

Aider à émanciper les femmes tchadiennes est un devoir noble qui ne doit laisser aucune place à l’improvisation et la confusion. Lors d’une autre sortie aussi inconvenante que celle-là, la dame nationale expliquait que « du fait que la vente du carburant par des femmes n’est pas dans notre tradition, alors toutes celles qui s’adonnent à cette activité pratiquent, d’une manière déguisée, le plus vieux métier du monde ». Pauvres femmes tchadiennes, si votre salut doit venir d’elle, on est en droit de se dire qu’on n’est pas encore sorti de l’auberge. Sans jeux de mots.

Correspondance particulière d’une vendeuse de carburant à la Gazette.

Vidéo: