Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Un Etat xénophobe ?

Grande est ma surprise de savoir les autorités tchadiennes si xénophobes ! En cette période où plusieurs pays cherchent à embellir leur paysage,  il est déplorable d’assister à des actes peu louables des autorités dont le Président avait promis la démocratie et la liberté dans toutes leurs formes à son peuple lors de son arrivée au pouvoir il ya de cela 19 ans. On se demande combien d’expatriés et surtout camerounais vivent au Tchad sans papiers, si tel est leur argument ? Que dirait-on si un jour, nos compatriotes qui pullulent au Cameroun sont aussi expulsés?

Innocent EBODE, ce jeune monsieur à l’allure calme n’a fait que son travail qui est de dire la vérité et d’informer le public des réalités vécues dans ce pays. 

De grâce, n’obscurcissez plus davantage votre passif déjà assez sombre. Après tout, on a toujours cherché et imaginé des poux sur une tête rasée. A bas les jaloux ! En avant EBODE !
TCHOUAFIENE PANDARE, E-mail : t_pandare@yahoo.fr


Daniel Deuzoumbé Passalet, président de Droit de l’Homme sans frontières :
"Il faut dire qu’on connaît le Tchad avec ses méthodes souvent rocambolesques, brutales et illégales. Il faut d’abord regarder, est-ce que ce qu’on fait est conforme à la loi qu’on a soit même mise en place. Est-ce que l’expulsion de Innocent Ebodé, rédacteur en chef du journal la Voix est-elle conforme à la loi de la République ? C’est la question que les agents qui avaient eu pour mission de l’expulser devaient se poser. Normalement, il est un citoyen d’un pays de la Cemac, il n’avait pas besoin d’une carte de séjour ou d’une autre pièce quelconque avant de s’installer au Tchad. Il devrait entrer au Tchad sans présenter sa carte d’identité et là il a sa carte consulaire et plus grave encore ils ont retiré cette carte, avant de le renvoyer comme un malpropre.

 Nous disons que c’est une méthode illégale parmi tant d’autres que le gouvernement Tchadien fait. C’est aussi une autre preuve du côté du Tchad pour dire que la Cemac est une coquille vide. Ça veut dire que les pays de la Cemac ne respectent pas les accords qui les lient.
 Nous disons que ce n’est pas à cause de ses pièces qu’ils l’ont expulsé mais à cause de ses écrits corsés dans le journal la Voix. Même si c’est ça, il fallait que le gouvernement Tchadien daigne respecter les lois de la République que lui-même a mise en place."
 
Lazare Djékournigua, directeur de la Radio FM Liberté :

"Je ne sais pas les causes profondes de son expulsion. L’intégration africaine ou sous régionale dont on parle tant a du plomb dans l’aile. Si réellement, on doit faire un pas pour cette intégration sous régionale, je pense qu’avec seulement une carte d’identité déjà, on peut circuler. S’il est en séjour irrégulier, est ce qu’il ne détient pas sa carte consulaire ou une carte de séjour ? S’il en détient une, je pense que cette carte est suffisante pour lui permettre de résider au Tchad. Peut être, il y a un en dessous car cette raison avancée d’expulser ne me parait pas vraiment fondamentale. Cette méthode d’expulser un journaliste est illégale."
 
Patricia Hlactou, actric :

 "Ce n’est pas du tout normal parce qu’il n’est pas le seul camerounais à ne pas avoir des pièces. D’ailleurs il a d’abord perdu ses pièces ici au Tchad et il a une carte consulaire, cela est vraiment suffisant pour travailler en Afrique centrale (Cemac). A mon avis, c’est un coup monté pour faire taire les journalistes de la Voix qui sont en train de faire du bon travail pour aider les Tchadiens. Ces jeunes journalistes encadrés par Innocent Ebodé sont en train de dévoiler leurs faussetés et c’est pourquoi, ils cherchent à les faire taire. Ce n’est pas de cette manière qu’il faut l’expulser, ils ont aussi présenté une mauvaise image du Tchad."


Propos recueillis par Kaltoumi Tao Moussa.