Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


30 août 2013

SÉNÉGAL

Un quotidien fermé, trois collaborateurs condamnés à de la prison ferme

 

Reporters sans frontières proteste vivement contre la décision du tribunal correctionnel de Dakar, rendue publique le 29 août 2013, de suspendre la publication du journal privé Le Quotidien pour une période de trois mois. Le juge a également condamné le directeur du journal, Madiambal Diagne, à un mois de prison ferme et une amende de dix millions de francs CFA (15 000 euros) pour un article paru le 20 juin 2013, critique de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Alioune Badara Cissé, surnommé par les médias sénégalais, ABC. Le journaliste Mamadou Biaye et un stagiaire français travaillant pour Le Quotidien ont aussi été condamnés à un mois de prison ferme.

"Cette décision regrettable rendue par la justice sénégalaise signifie un refus des autorités de défendre la liberté de la presse. Malgré les appels répétés des professionnels des médias et de la communauté internationale, la dépénalisation des délits de presse n’est toujours pas à l’ordre du jour", a déclaré Reporters sans frontières.

"Nous demandons l'annulation immédiate des condamnations à l'encontre duQuotidien et de tout son personnel", a ajouté l'organisation.

Dans l'édition du 20 juin 2013, Le Quotidien avait publié un article en Une intitulé : «Limogé du gouvernement, contesté et mis en minorité dans son parti… l’Abc d’une solitude». En réaction à cet article, l'ancien ministre avait porté plainte en diffamation contre le journal. Le plaignant avait initialement réclamé cinq milliards de francs CFA d'amende (7 600 000 euros) contre Le Quotidien. La procédure judiciaire a entraîné le licenciement du journaliste Mamdou Biaye et le retour en France du stagiaire.

Le Quotidien, qui n'était pas représenté lors du procès, compte interjeter appel.

Madiambal Diagne avait déjà été incarcéré en juillet 2004 pour "diffusion de nouvelles de nature à provoquer des troubles politiques graves et jeter le discrédit sur les institutions". Lire le communiqué de presse de Reporters sans frontières : (http://fr.rsf.org/senegal-le-directeur-de-publication-du-27-07-2004,10943.html).

Le Sénégal occupe la 59e place sur 179 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2013, établi par Reporters sans frontières (http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html).