Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ALeqM5g-uHuumJojR8fKjlnipWFeaILpFg.jpg

Tchad: deux militaires français pris pour cible par un soldat tchadien

 

Ils circulaient dans leur véhicule quand un militaire tchadien a tiré quatre balles dans leur direction. L'un d'entre eux a été blessé et doit être évacué. 

Un militaire tchadien circulant sur une motocyclette a tiré sur deux soldats français qui sortaient de la base française du dispositif Epervier à N'Djamena, blessant un des militaires français à un coude. "Les deux soldats français à bord de leur véhicule sortaient de la base" et "un individu à bord d'une motocyclette a tiré quatre balles en direction des soldats français, blessant l'un d'entre eux à un coude", a indiqué ce mercredi une source proche de l'ambassade de France au Tchad.  

"Le soldat a été admis à l'antenne médicale française. Il s'en est tiré et va être évacué", a ajouté la même source. Un officier de la police judiciaire tchadienne a confirmé cette version précisant: "la personne qui a tiré sur les militaires français est un militaire tchadien. Il a été arrêté et se trouve actuellement au B2 (deuxième bureau, renseignements militaires)".  

La France dispose dans le cadre de l'opération Epervier déclenchée en 1986 de 950 hommes au Tchad, comprenant notamment un important dispositif aérien avec des avions de chasse. La base française à N'Djamena communique avec l'aéroport de N'Djamena. La base d'Abéché dans l'Est, de moindre importance, est également située sur l'aéroport. Le 11 août 2010, date anniversaire des cinquante ans de l'indépendance du pays, le président tchadien Idriss Deby Itno avait remis en cause Epervier, lançant: "Nous nous acheminons vers une révision de l'accord de siège entre Epervier et le Tchad". Il reprochait notamment à la France de ne rien payer pour sa présence militaire. La présence de militaires français est mal vécue par une partie de la population.. 

 

Source: www.lexpress.fr