Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

 

ADAM BARKA, est un pieux, digne fils et érudit tchadien connu pour sa probité morale, religieuse et intellectuelle. C’est toutes ces qualités réunies qui ont suscité le désire de baptiser cette jeune université en son nom afin de l’immortaliser. Mais aussi pour que les jeunes qui sortiront de là aient un comportement responsable. Ainsi donc,  la moindre de choses est de tenir compte de ces qualités pour la bonne conduite de ladite université. Quel qu’en soit le cas, l’on devait s’atteler à observer le principe d’une bonne administration comme le note un philosophe : « les personnes qui s’entendent à l’administration d’une cité sont des hommes prudents possédant la faculté d’apercevoir ce qui est bon pour eux-mêmes et pour l’homme en général ». Ainsi, nous pensons que si Adam Barka apercevait ce qui était uniquement bon pour lui, il n’aurait bénéficié d’une telle reconnaissance moins encore,  l’université ne portera aucunement son nom. Cet homme pieux était ouvert à tout le monde, éduquait et chérissait toute sa population. C’est ce qui lui a conféré cette immortalité. Aujourd’hui, que constate- t- on ? Les responsables de l’UNABA, ternissent l’image de cet érudit tchadien et même celle de cette jeune institution. Ils se dérobent de leur rôle de bien gérer et conduire la politique de l’enseignement des futures cadres que leur confie le gouvernement en se livrant au clientélisme, à la gabegie et au népotisme et que sais-je encore ? C’est une totale illusion qui s’installe dans leur tête et les pousse à transformer l’UNABA en une propriété privée, telle la vache à lait d’un X ou Y. 

               Beaucoup ne peuvent pas comprendre ce qui se passe au sein de cette institution. Depuis l’arrivée de MAHAMAT ALI MUSTAPHA, comme Recteur à la tête de cette institution, tout le monde a commencé à grincer les dents. Celui-ci a commencé par relever les chefs de service mis en place par son prédécesseur et pourquoi faire ? Rien que pour caser ces cousins, neveux, et les enfants de certains de ses amis. MAHAMAT ALI MUSTAPHA  s’accapare de tout; il est omniprésent dans la cour, les bureaux, les salles des professeurs, les amphithéâtres, et même au quartier. Tout ce qui se dit se rapporte systématiquement à MAM par ses agents secrets (Ils se reconnaissent). Vous ne pouvez pas comprendre, quand le Recteur Souleyman Daby était en fonction, on ne pouvait compter les ordinateurs que regorgeait l’UNABA. De nos jours, ces ordinateurs ont été récupérés et personne ne connait leur destination. La MUNIRCAT a fait un don des ordinateurs de marque lonovo à l’UNABA mais où sont-ils partis ? En fin de l’année académique 2011-2012, à la grande surprise des enseignants et des chefs de service, une veille moquette de la mosquée est dégagée pour sa vétusté, semble-t-il, mais découpée et mise dans chaque bureau. La question qu’on est en droit de se poser est de savoir : n’est-elle pas facturée comme il sait bien le faire? Ce que nous déplorons, si la moquette est vétuste et qu’on la sorte pour les bureaux des fonctionnaires alors, malheur aux asthmatiques. Signalons aussi, le vol répétitif des ordinateurs et un carton des GPS subtilisé par ces fameux gardiens et que personne n’a daigné lever le petit doigt. La gestion opaque des frais de formation des enseignants sans que les concernés eux-mêmes ne connaissent la ligne budgétaire allouée. L’envoie successif de ses proches parents en formation sans aucune règle alors qu’il oppose un bras de fer aux autres qui remplissent les critères d’éligibilité. N’est-ce pas un de ces cousins a été purement et simplement rapatrié de la Belgique pour incompétence ? Cette incompétence entretenue par le Recteur a été dénoncée et connue par l’université de la Belgique et ça engage tous les Tchadiens. En 2010-2011, le refectionnement des salles de classes qui a couté 400.000.000 millions de nos francs, allez-y comprendre. Présentement, la couche de la peinture due a sa mauvaise qualité s’effrite déjà, est-ce un bon travail ?  MAM s’en enorgueillit du fonctionnement de l’inter net à l’UNABA, sait-il vraiment son débit ? Peut être, comme c’est un analphabète du 21ème siècle, il peut bel et bien ignorer cette réalité.  Pire encore, on observe la présence de certains personnels d’appui qui apparemment ne font rien mais gagnent à chaque fin de mois. Aussi, nous nous interrogeons sur le critère de recrutement des soi disant laborantins. A notre humble avis, un laborantin est une personne ayant une connaissance et qu’on l’utilise pour ses compétences. Mais à l’UNABA, l’on enfreint à cette règle en recrutant des individus, qu’on peut qualifier de seconde main, qui viennent parader dans les recoins des bureaux et rentrent à Midi. Voilà nos chers amis internautes ce qu’on appelle chez nous les laborantins. D’ailleurs, le Recteur, géographe de son état, qui a étudié au Congo Brazza et au Sénégal ne peut pas connaître ce qu’on appelle un laboratoire digne de ce nom ? En fait, la liste n’est pas exhaustive car ne risquons d’écrire un livre. Or, MAM s’obstinent à clamer, à qui veut l’entendre, de sa bonne administration et de sa gestion scandaleuse et macabre des moyens financiers mis à sa disposition voire de son personnel enseignant. S’il ne se reprochait de rien, comment comprendre que lui et son compère Makaye organise le conseil d’administration à une journée avant la passation de service avec la nouvelle équipe ? MAM en sait quelque chose. Même réhabilité, l’histoire vous rattrapera. N’eut été la vigilance de Monsieur le Ministre AHAMAT DJIDA, MAM et son complice le comptable allait dissimiler une somme de 30.000.000 millions dans le budget 2011-2012. Nous en appelons à la vigilance de son Excellence Adoum Goudja car, ce Monsieur est un stratège qui s’est glisser la peau de banane. C’est ce MAM qui a jeté la peau de banane  à Monsieur Makaye et il s’en est allé ; nous le déplorons.

               L’UNABA, on ne parlera jamais assez, est un lieu du savoir universel où on forme les futurs cadres de demain. Elle ne doit non plus être un lieu du maraboutage ou des cultes occultes pour s’éterniser ou moins encore faire taire certaines personnes. Cette pratique doit cesser pour faire place à l’orthodoxie universitaire. Si certaine personne pense à ces genres de pratiques, leurs places est ailleurs. 

               Aussi, comment comprendre qu’à l’université, certains enseignants forment un lobby et ne veulent plus voir les jeunes s’y approcher? Nous pensons que, aucun individu ne peut se lever un matin et dire qu’il vienne enseignant à la FAC. Il y a des étapes et/ou des critères qui permettent à tout fils du Tchad d’exercer dans ces institutions universitaires. Nous osons penser que ce n’est pas aussi par un miracle pour en arriver là. Nous lançons un cri d’alarme aux grands frères de libérer leur esprit de ce complexe de supériorité et la main dans la main nous ferons grandir ce pays.  Enlever aussi de votre esprit que les enfants que vous avez formés de vos propres mains ne connaissent rien. N’est-ce pas si le mur est mal construit, c’est le maçon qu’on accuse ?

               Ainsi, au nom de tous ceux qui connaissent ADAM BARKA et de tous les dignes fils qui aiment leur pays, levons nous comme un seul homme et boutons MAHAMAT ALI MUSTAPHA et ses proches collaborateurs à la tête de l’UNABA car, ils :

               -1 ternissent l’image du digne fils du Tchad, en l’occurrence Adam Barka ;

               -2 pillent et détournent le bien de l’UNABA ;

               -3 ne se soucient guère de la bonne formation des étudiants ;

               -4 découragent et sous estiment les jeunes enseignants en dépit du travail titanesque qu’ils fournissent au lieu de les encourager pour une meilleure prestation;

               -5 sèment la division et la haine au sein de l’institution au mépris de la politique du gouvernement qu’ils sont investis ;

               -6 faire partir MAM, c’est donner le vrai sens à la politique de la RENAISSANCE, terme si cher à son Excellence IDI ;

               Dans le même souci, nous interpellons le Premier Ministre à propos de la réhabilitation de  MAHAMAT ALI MUSTAPHA. C’est une insulte à tout le peuple tchadien. Si nul n’est au dessus de la loi, ce Monsieur mérite le même sort réservé comme tous ceux dont Cobra a suspendu. Si vous hésitez, diligentez une autre enquête et vous vous rendrez compte de la véracité des faits.

Les étudiants ont compris enfin.

Maintenant c’est le tour des étudiants de se soulever contre leur Recteur. Le printemps de MAM ne fait que commencer. Dégage ! Mahamat Ali Mustapha, clament ces partenaires d’hier. Ainsi, pour noyer la grève des étudiants, ce stratège de MAM, déclenche le congé de pâques qui logiquement commencerait le 03 Avril 2012.  Fait occuper les amphithéâtres par la GNNT pour éviter le pire. Mais que MAM le sache, il est en train de consommer ses 99 jours et Dieu s’apprête à le dénuder le centième. Donc inutile d’insister !

 

NB : MAHAMAT ALI MUSTAPHA, ne vous agrippez pas bec et ongle à l’UNABA, une démission vous sauvera la face. Autrefois, on élevait les SANGSUES a des fins médicinales mais avec le développement de la science, l’on en a plus besoin. A force de trop sucer le sang de l’UNABA, elle s’effondra.

 

                                                                                                                                    

                                                                          Ahmat Baradine