Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

DAH

M.Djibrine Assali Hamdallah

L’Union des Forces de la Résistance (UFR),

confisquée par le triumvirat

 

S’il est vrai que la noble lutte que nous menions afin de libérer le peuple tchadien de l’abominable dictature et des innombrables méfaits du régime calamiteux d’Idris Deby, nous a obligés à faire preuve de solidarité afin de  préserver ce qui reste encore de la crédibilité de l’opposition armée, il devient de plus en plus inacceptable de continuer à cautionner les dérapages et les dérives dictatoriales du trio qui dirige, en dépit du droit et du bon sens, l’UFR.

 

En effet, comment pourrions-nous être crus dans notre engagement et notre volonté sincère, de mener le combat pour renverser ce régime mafieux et entamer un processus pouvant déboucher sur des institutions démocratiques conformes aux aspirations légitimes du peuple tchadien, capables de lui garantir la liberté, la paix, la sécurité, la justice et le bien-être économique et social, si nous continuons à cautionner le faux et les mensonges ? 

 

Nous ne devons jamais oublier que c’est à travers notre comportement et nos actes que nous sommes jugés et le serons encore demain.

 

La décision, sans numéro du 15 août 2010 portant remaniement du Bureau Exécutif de l’UFR, est une parfaite illustration de l’incohérence et de la manière arbitraire dont le mouvement est administré et géré. Cette décision qui constitue une violation flagrante des statuts de l’UFR vient tout simplement confirmer une pratique instaurée dès la création de l’alliance.

 

En effet, en dépit du fait que l’article 9 des statuts stipule que le Conseil Supérieur de la Résistance (CSR) désigne en son sein les membres du Bureau Exécutif, ceux-ci avaient été désignés uniquement par les présidents des mouvements signataires du manifeste politique.

 

Pire encore le CSR, qui est l’organe d’orientation, de résolution et du contrôle de l’Union qui doit se réunir en session ordinaire tous les six (6) mois, n’a jamais tenu une seule réunion depuis la création du mouvement et, à l’allure où vont les choses, ne sera plus jamais convoqué. 

 

En réalité, l’UFR est, depuis l’origine la chasse gardée du président et de ses vices présidents qui avaient tout mis en œuvre pour faire échouer, l’année dernière, les tentatives faites en vue de tenir la session du CSR pour évaluer d’une manière générale la situation du mouvement et adopter les mesures qui s’imposent. De même, usant et abusant de leur prétendue légitimité,  ils n’accepteront jamais de convoquer  un congrès à cet effet, sinon les nombreux échecs ou crises que nous avons connus, les auraient incités à le faire.

 

Face à cette grave situation, à mon humble avis, il n’est plus question de continuer à louvoyer ou à tergiverser, d’autant plus que la majorité des combattants, en se démarquant clairement depuis septembre 2009 du président et de ses vices présidents, nous avaient déjà indiqué la voie à suivre.

 

Certes, nous avons activement milité pour l’unité en espérant, grâce à cela, arriver à la victoire. Mais aujourd’hui, il est temps de tirer en toute lucidité les leçons de toute nos expériences, afin d’élaborer d’autres stratégies car tous les espoirs du peuple ne reposent que sur nous et nous n’avons, par conséquent, ni le droit d’abandonner la lutte, ni celui de la faire échouer en adoptant ou en cautionnant des pratiques ou des méthodes douteuses.

 

Ainsi donc, la pertinence ainsi que la nécessité de notre lutte étant toujours d’actualité car il n’y a pas une autre voie de salut pour notre peuple sinon le ralliement et un esclavage encore plus féroce, nous devons,  compléter sur le plan politique le remarquable travail d’organisation et de brassage que font, depuis quelques mois, les combattants sur le terrain.   

 

C’est fort de ces convictions, que je me permets de lancer un appel à tous les patriotes et nationalistes sincères pour la sauvegarde de nos idéaux et la cause de notre peuple meurtri par tant d’années de dictature, d’oppression,  de violations des droits, d’injustice, de misère et d’humiliations.

 

Nous vaincrons, incha Allah

 

Djibrine Assali Hamdallah