Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

boulmaye.jpgDr Hassane Boulmaye

 

Si la franchise ne résoudra pas nos problèmes, le mensonge et l’hypocrisie ne nous mèneront nulle part.

 

L’Union des Forces de la Résistance (UFR) a aujourd’hui un an de démobilisation. Ceci est dû aux dysfonctionnements et aux désarticulations politiques et militaires qui ont infecté la nouvelle structure unitaire, dés sa création.

Depuis les combats d’Amdam de 08 mai 2009, il y a exactement un an, l’UFR n’existe que verbalement. Le Conseil Supérieur de la Résistance (CSR), le principal organe dirigeant ne s’est jamais réunit en session.  Alors que l’article 5 du statut de l’UFR, stipule ce qui suit : «  Le CSR est l’organe suprême de l’UFR. Il assure  l’orientation politique et militaire ainsi que le contrôle du mouvement. Il élit en son sein un bureau exécutif. » Cet instance devrait se réunir avant que l’UFR n’aurait lancé ses offensives sur Amdam. Beaucoup des questions devraient être résolues.

En effet, le CSR donnerait des orientations politiques au bureau exécutif, constitué par consensus ; contrairement à ce que l’article ci-dessus cité stipule ; de brasser l’armée, en répondant à la question de la commission ad-hoc : où et quand commencera la fusion totale ? Question restée jusqu’a là sans réponse ; de voir, les cas des combattants dissidents des mouvements signataires des textes constitutifs.  Cette organisation qu’on pourra sans ambages le qualifiée d’avorton, a lancé des offensifs, il y a un an dans la désarticulation politique et la désorganisation  militaire.  Alors, elle est  devenue une proie facile de la milice debyenne.

Ils s’étaient constitués des organisations politico-militaires à base tribale ou ethnique ; à la tête un parrain qui défend les intérêts de l’ethnie. Ces chefs rebelles n’ont aucun intérêt de consolider l’unité nationale et particulièrement de l’opposition armée. Puisque, cela les éloigneraient de leurs objectifs : amasser de l’argent, conquérir le pouvoir, rien qu’avec son ethnie. Il faut aussi rajouter la médiocrité politique et intellectuelle de ces chefs ; sans omettre leurs mauvaise foi en faveur de la libération du peuple, du joug de la dictature et de l’injustice.

La résistance nationale a existé et existe, ceci ne sera pas une occasion pour la dictature de N’djamena a proclamé sa victoire. Si les langues se diluent, et que chacun avec bonne foi cri à l’unité des forces de la résistance ; la victoire se rapprochera, inchallah. Sans vous mentir, la potentialité militaire de l’opposition, pourra mettre en difficulté la milice tribale de N’djamena. Il suffit tout simplement de balayer ce système MPS transposé dans l’opposition, par les chefs rebelles sans foi ni loi.

L’opposition doit se réunir pour lancer une nouvelle dynamique en mettant de côté ces potentats, qui nous divisent et nous démotivent.

 

Mahamat Hassane Boulmaye

Résistant membre fondateur  de l’UFR