Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

sofiane.jpg

Un célèbre blogueur tunisien et critique du gouvernement dominé par les islamistes a été arrêté dimanche pour ivresse et atteinte aux bonnes moeurs, et la police a dispersé sans ménagement à Tunis une manifestation d'opposition qui dénonçait des atteintes aux libertés.


Le blogueur, Sofiane Chourabi, rendu célèbre pour ses écrits acerbes contre le régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, a été arrêté au petit matin sur une plage du nord-est de la Tunisie en compagnie d'un ami journaliste, Mehdi Djellassi, et d'une jeune femme.

Selon son avocat Anis Ezzine, interrogé par l'AFP, ils sont poursuivis pour ivresse sur la voie publique, tapage nocturne, et atteinte aux bonnes moeurs et risquent jusqu'à sept mois de prison ferme.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarouch, a indiqué à la radio Express-FM que les trois amis avaient reconnu les faits et avaient été placés en détention.

Consommer de l'alcool en public est particulièrement mal vu en cette période de jeûne du ramadan.

Mais des partisans du blogueur voient une connotation politique dans cette affaire, estimant que ses critiques visant le gouvernement actuel, dominé par les islamistes du parti Ennahda, pourraient être la véritable cause de ses déboires judiciaires.

Je n'exclus pas que son arrestation soit liée à son appel via Facebook à manifester ce (dimanche) soir à Tunis contre le gouvernement, a déclaré à Express-FM une autre avocate, Me Leila Ben Debba.

Cette manifestation, qui a rassemblé plusieurs dizaines de personnes avenue Habib Bourguiba, a été dispersée à coups de matraques par la police qui avait prévenu qu'elle ne tolèrerait aucun rassemblement sur cet axe, un haut lieu de la révolution de janvier 2011.

Les manifestants protestaient contre les islamistes au pouvoir, les accusant notamment de violer la liberté d'expression et de vouloir remettre en cause l'égalité homme-femme.

Le mouvement islamiste a mis en avant un projet de loi controversé pour punir de peines de prison les atteintes au sacré et une proposition d'article de la future constitution évoquant la complémentarité et non l'égalité des femmes et des hommes.

L'opposition et de nombreux acteurs de la société civile craignent que Ennahda cherche à mettre en oeuvre une islamisation rampante de la Tunisie, où un Etat laïc a été forgé dès l'indépendance.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Tunisiens ont d'ailleurs vu dans l'arrestation de M. Chourabi la preuve que ces craintes étaient fondées.

En vacances, sur une plage de Méditerranée, il a bu quelques verres avec une amie, c'est donc un crime passible de prison en Tunisie, relève ainsi sur Twitter l'utilisateur Papillon.

Ennahda a rejeté à maintes reprises ces accusations, à l'instar de son chef, Rached Ghannouchi, dans un entretien publié mardi par le quotidien La Presse.

Il n'appartient pas à l'Etat d'imposer un mode particulier de se vêtir, de se nourrir, de consommer des boissons, de suivre des coutumes. Ce n'est pas à l'Etat d'imposer une religion, a-t-il dit.