Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Hend Harouni milite pour le cas de son frère, Abdelkarim Harouni, militant des droits de l'homme tunisien. photo-ci-contre
                                        
                                            2 communiqués pour publication SVP - Merci

Hend Harouni

Communiqué urgent

Hend Harouni

(Traduit de l’arabe par Hend Harouni)

Tunisie le Samedi 10 Octobre 2009-21 Chawal 1430

Alors que nous attendions en tant que membres de la Famille de Abdelkarim Harouni et avec grande impatience l’arrêt des harcèlements et agressions dont il fait l’objet, comme c’est d’ailleurs le cas de beaucoup de chargés du suivui et des observateurs de la souffrance de mon frère Abdelkarim à l'intérieur du pays aussi bien qu’à l’extérieur et surtout depuis son mariage, à la maison louée au : 7 bis, rue du lieutenant Bjaoui à côté de la mosquée El Haq près de l’Avenue de la Liberté à El Menzah V pas loin de la capitale, au point de menacer sa sécurité, sa sureté, sa liberté et l'inviolabilité de son domicile et de sa famille, la police politique intensifie le siège stricte et quotidien sur la demeure de mon frère Abdelkarim , avec un effectif de 10 et même 11 agents tel est le cas de ce matin, Samedi 10 Octobre, 2009 dans le but de le terroriser et de l'isoler de ses proches et amis et tous ceux qui souhaitent le conta cter.
Ce siège a propagé une atmosphère de peur et d’anxiété chez les voisins et les passants, surtout avec l’emplacement de la maison directement juste à côté de : la Mosquée El Haq, une garderie d'enfants et un supermarché à El Menzah V près de la capitale.

Tout en exprimant notre profonde inquiétude face à la poursuite de cette menace dangereuse, nous tenons entièrement responsables toutes les parties concernées afin d’ assurer la sécurité de la vie de mon frère Abdelkarim et de son épouse ainsi que leur sureté et inviolabilité, de même que nous demandons à tous les hommes libres en Tunisie et dans le monde à investir l'effort maximum dans le but de veiller à lever ces injustices infligées à mon frère, Abdelkarim et mettre fin à la souffrance qui dure depuis longtemps /.
Portable N° : 216-93.43.97.70
*****************************************
Traduction du Communiqué Liberté et Equité du 05 Octobre, 2009 de l’arabe par Hend Harouni
Le 12 Octobre, 2009


Liberté pour Le Docteur Sadok Chourou, Prisonnier des Deux Décennies
La Liberté pour Tous les Prisonniers Politiques
Liberté et Equité
Organisation Indépendante des Droits de l’Homme
33 Rue, Mokhtar Attia 1001-Tunis
Tél/fax : 71 340 860
Adresse électronique : liberte.equite@gmail.com

____________________________________________________________________

Tunis, le 5 Octobre 2009- 16 Chawal 1430

Appel Urgent à Toutes les Consciences Libres
Le Militant des Droits de l’Homme Abdelkarim Harouni de la Prison à la Menace

Le soir du Lundi 05 Octobre 2009, le militant des droits de l'homme, M. Abdelkarim Harouni, Secrétaire Général de l'Organisation « Liberté et Equité » a été arrêté en face du lieu de son travail, conduit au district de la police les Berges du Lac, retenu pendant trois heures et averti de n’exercer aucune activité politique ni des Droits de l’Homme et de ne pas effectuer de déclarations aux médias.

Durant ces derniers mois , M. Abdelkarim Harouni a été harcelé à plusieurs reprises en raison de ses activités dans le cadre des Droits de l'Homme ; de la défense des libertés et soumis à de graves agressions visant sa sécurité, sa sérénité, voire son droit à une vie paisible, libre et sécurisée en l'occasion de son mariage ayant eu lieu cet été et allant jusqu’à l’intervention de la police politique en vue de faire pression sur le propriétaire de la maison qu’il lui a louée à partir du 1er août 2009 et l'incitation à en faire sortir M. Abdelkarim et son épouse, par tous les moyens illégaux et immoraux ce qui menace sa sécurité et sa stabilité par une grave agression qui représente une forme de terrorisme d'état.

Le vendredi 7 août 2009, la police politique est intervevue pour faire pression sur l'Imam de la « Mosquée Rahman » - El Menzah VI dans la capitale pour empêcher l’annonce de ce mariage après la prière « d’El Asr » en la présence d'un grand nombre de parents et d'amis. L’Imam de la mosquée a demandé à M.Abdelkarim d'obtenir l'autorisation du poste de police et quand il s’est rendu au poste de police pour protester contre l'intervention de la police dans les affaires de la mosquée , il lui a été répondu qu’un responsable viendrait le rencontrer puis le Chef du poste de police est venu et s'est déclaré surpris de la position de l'Imam tout en insistant sur l’absence d'intervention de la police dans l'organisation de la mosquée dans l’annonce du mariage.

L’annonce du mariage a eu lieu en présence d'un grand nombre d’agents de la police politique en tenue civile devant la mosquée comme à l’intérieur. Puis, le cortège sur la voie du retour à la maison de ses beaux parents fut poursuivi et ils ont commencé à transcrire les matricules des véhicules des participants à la fête, ce qui a terrorisé les membres des deux familles, des amis invités et dérangé les voisins.

Vers 21 heures, la police municipale est intervenue pour la saisie du matériel audio et a fait appel à des renforts de policiers en uniformes et menacé d'utiliser la force pour saisir ce matériel qui diffusait des chansons , laissant chez les invités un profond mécontentement .

Le Vendredi 14 août 2009, la maison où s’est déroulé le mariage et qui se trouve dans la ville de l’Ariana a été encerclée par un grand nombre d'agents de la police politique , évènement sans précédent et après la fête, une force de l’ordre y compris une motocyclette et une voiture, a accompagné le couple jusqu’ à la porte de la maison Chakroun numéro 7 bis, lieutenant Bjaoui près de la Mosquée « El Haq » à côté de l’Avenue de la Liberté - El Menzah V, près de la capitale.

Depuis ce jour et en plein publique, la maison est surveillée par des agents de la police politique. Cette surveillance s’accentue jour et nuit au point d’ atteindre l'ampleur de la présence de trois agents de la police politique à la porte de la maison et poursuivaient M. Abdelkarim et de son épouse en allant accomplir les prières des « Tarawih » pendant le mois sacré de Ramadan.

Dans cette atmosphère de siège policier et de terrorisme officiel, le chef du district de la police d'El-Menzah V a délibérément fait pression sur le nommé Moez Chakroun, fils du propriétaire de la maison et il l’a initié à harceler le couple pour les forcer à quitter la maison , ce qui s'est déjà passé en réalité et ainsi donc a été lancé la mise en œuvre de ce plan par la provocation du couple, la prononciation de mots obscènes et l’accumulation de déchets à la porte de la maison . Il a même fini par couper l'électricité et menacé de reproduire la même chose pour l'eau , de même qu’il a mis un obstacle derrière la porte extérieure pour empêcher au couple d'entrer à la maison ce qui a rendu difficile à M. Abdelkarim de continuer à y rester, et donc Monsieur le Militant Abdelkarim Harouni s’est trouvé dans l’obligation de chercher une solution de conciliation est d'annuler le contrat de location par consentement des de ux parties, conformément auquel, le propriétaire récupère sa maison à condition qu’il s’engage à payer le montant des loyers et caution avancés puis intervient la recherche d’une autre maison pour déménager aussi tôt que possible.

Il se trouvait également dans l’obligation de recourir de temps en temps aux domiciles de certains amis, y laissant ses effets et meubles mais la police politique n’est pas satisfaite de cette solution et a choisi de fuir en avant pour annuler les conclusions des deux parties d'une solution à l’amiable et ce dans le but de terroriser, de maintenir une atmosphère de tension et de priver M. Abdelkarim Harouni et son épouse de leur droit à un vie libre, digne, sûre et stable.

Que veulent les autorités avec ces pratiques illégales et immorales? Et où en sommes-nous par rapport à l’état de droit et des institutions? Et est-ce possible de dire que la Tunisie est pour tous les Tunisiens? .

Et Liberté et Equité:

1) condamne fermement les graves violations des droits de citoyenneté, y compris le droit à un logement sûr et à une vie paisible subies par M. Abdelkarim Harouni, Secrétaire Général de l'Organisation de «Liberté et Equité» et son épouse, et demande à ce qu'il soit immédiatement mis fin à ces agressions et à ce que les participants à ce crime et ceux qui sont derrière eux quelque soit leur nature soient jugés.

2) exprime sa solidarité avec M. Abdelkarim Harouni et son épouse, et appelle toutes les consciences libres dans le monde en vue de les soutenir et leur assurer leur droit légitime, voire non négociable de vivre dignement et en sécurité et tient les autorités responsables de tout ce qui pourrait menacer la sûreté, la sécurité et la dignité de M. Abdelkarim Harouni et son épouse.

Pour le Bureau Exécutif de l’Organisation
Le Président
Maître Mohamed Nouri