Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Elle a beau fait de continuer à ignorer les insinuations de son époux, mais à la longue elle a fini par craquer non sans, toutefois, céder à l’essentiel…

 Tunis - Le Quotidien C’est la fin logique pour une histoire d’amour ayant débouché sur un mariage déséquilibré. C’est qu’un jour et alors qu’elle quittait le lycée, elle a croisé le regard d’un jeune homme qui rodait devant l’établissement scolaire. Elle avait ressenti un mystérieux sentiment qu’elle n’avait pas réussi à élucider sur le coup. Depuis, elle n’avait jamais réussi à chasser l’image de ce jeune homme de sa mémoire. Elle pensait tout le temps à lui, au point que lorsqu’elle ne le voyait pas devant le lycée, elle frôlait la crise de nerfs… Elle ne reprenait espoir que lorsqu’il refait surface. Un beau jour, elle prit à deux mains son courage pour aller lui demander l’heure. Ce fut l’occasion pour qu’il découvre son charme foudroyant et surtout la plastique de rêve dont elle disposait. Dans la mêlée, il a réussi à avoir son numéro de téléphone. Il ne tarda pas à lui passer un coup de téléphone avant de fixer un rendez-vous. Lors de cette première rencontre, la jeune fille a découvert que le jeune homme exerçait le métier de coiffeur alors qu’elle s’apprêtait à passer le bac. D’ailleurs, elle a obtenu le prestigieux diplôme pour aller s’inscrire dans une université de la place. Malheureusement, et sans le vouloir, elle est tombée enceinte du coiffeur et fut contrainte de se marier, vue qu’elle ne pouvait plus avorter. Du coup, elle a arrêté les études pour s’occuper de son époux. Il faut dire que la situation matérielle des deux jeunes mariés n’était pas aussi confortable. Alors le jeune couple tentait d’améliorer les choses en acceptant d’aller coiffer les gens chez eux. L’épouse jouait ainsi le rôle de l’assistante et aidait comme elle pouvait afin de faciliter la tâche de son mari. Néanmoins, ce n’est pas aussi facile pour une femme de se trouver au milieu d’un groupe d’hommes qui considèrent que le fait de se coiffer chez eux est une fête en soi. A vrai dire, la jeune femme a commencé à sentir que ces ambiances ne sont pas faites pour elle. Alors, elle avait demandé à son mari de ne plus compter sur elle. Toujours est-il que l’époux avait d’autres idées en tête. C’est qu’il a accepté une proposition émanant d’un client qui voulait que sa femme le coiffe. Elle a beau fait d’ignorer cette demande, mais à la longue et avec la persistance de l’époux, elle a fini par craquer. Les deux époux se sont alors rendus chez ledit client qui habite dans sa ferme située à quelques encablures de la capitale. Arrivés sur les lieux, le couple a découvert que leur client n’ a pas lésiné sur les moyens pour les recevoir comme il se doit. A vrai dire, il s’agit d’une soirée où tout était préparé minutieusement à partir des mets servis, jusqu’à l’alcool. Au départ, ce sont les deux hommes qui accompagnaient leur dîner avec des gorgées de vin. Ensuite, le client n’a pas hésité à offrir un verre à l’épouse qui a refusé de le boire. Du coup, elle fut contrainte par son mari de le faire pour ne pas perdre soi-disant un client aussi important. Il va sans dire que la malheureuse avait ce soir là trop bu pour ne pas perdre son contrôle. C’était le moment tant recherché par son mari qui lui a demandé tout bonnement d’aller partager le lit dudit client. Malgré l’état dans lequel était l’épouse, celle-ci a pu se défendre allant jusqu’à exiger de quitter les lieux. A partir de ce moment, les événements allaient prendre une autre tournure. Une bagarre a éclaté entre les deux hommes et c’est la jeune dame qui en a fait les frais. Ses vêtements déchirés, elle a réussi tout de même à quitter les lieux pour aller demander de l’aide à un conducteur d’un tracteur lequel l’a conduite au premier poste de la garde nationale. Suite à sa plainte, les deux énergumènes ont été interrogés. Ils ont nié les faits. N’empêche que l’épouse a demandé le divorce.

Habib MISSAOUI