Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

41783_59109638789_4495253_n.jpg

Transport aérien


Toumaï air Tchad dans une situation de faillite

 

La Compagnie aérienne Toumaï air Tchad est confrontée depuis quelques mois à deux difficultés majeures: l’opacité dans la gestion et le mauvais traitement du personnel. Ces maux ont conduit la compagnie à une situation de quasi cessation d’activités de transport depuis deux semaines. Les passagers laissés en escale ne peuvent plus bouger.

 

Depuis le 13 mars dernier, certains passagers de la compagnie aérienne Toumaï air Tchad ne savent plus à quel saint se vouer. Car les Libanais, qui mettaient à sa disposition leurs deux avions, les ont repris pour cause de non paiement de créances dues. Les deux zincs, qui desservaient plusieurs villes africaines via Cotonou, ont pris la direction de Beyrouth, la capitale libanaise, laissant des voyageurs à leur triste sort. Actuellement, beaucoup de passagers bloqués à Douala, Bangui, Khartoum et Cotonou passent le clair de la lune à penser à comment voyager, informent des sources proches de la compagnie.

Les bailleurs libanais réclamaient 6 mois d’arriérés de location à la compagnie qui est au bout de souffle pour mauvaise gestion, apprend-on des mêmes sources. Kimpinski hôtel et Total sont respectivement créancières de la compagnie tchadienne pour le non paiement des frais d’environ 1 an de logement d’équipage et de frais de kérosène.

Selon quelques employés rencontrés au siège de la compagnie, Toumaï air Tchad ne pouvait qu’en arriver à cette situation. Car disent-ils, combien de fois, en tant qu’employés, leur salaire tombe comme un événement et non comme un droit. «Nous vivons la jungle ici à Toumaï. Nous ne sommes pas traités comme des humains. Nous essuyons chaque jour des jets de bouteilles d’eau, de paquet de cigarettes, de paquet d’allumettes, etc. lors des réunions et autres rencontres avec Zakaria Déby Itno, le PDG de la compagnie alors que nous ne faisons que réclamer nos droits», nous informe un employé rencontré dans les locaux de la compagnie. «A ce que je sache, la compagnie est gérée exclusivement par le PDG et sa tante, Mme Sembil Hassan. Car tout ce qui concerne le fret entre directement dans leur compte et non dans celui de la compagnie», informe un autre. «Toutefois, je sais que les négociations ont commencé entre les deux camps si bien que ce ne sera pas facile», poursuit-il. Aux dernières nouvelles, nous apprenons que la compagnie refuse de rembourser aux passagers les frais d’achat des billets d’avion. «On nous dit de repartir chercher notre argent là où on a payé le billet d’avion», confie l’un des passagers.

 

Idriss Jean-Pierre