Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Entrez dans n'importe quelle maison au Tchad, notamment dans la capitale, N'DJaména, et demandez d'aller aux toilettes ou d'aller prendre une douche. Vous aurez la même triste constatation partout : WC et douche sont souvent au même endroit.

 

Le WC dégage une odeur nauséabonde avec des milliers des mouches qui s'agglutinent partout. Parfois le WC est pratiquement rempli avec des excréments humains visibles, pleins de mouches et d'asticots qui fourmillent de partout. Beurk ! Quand il faut pisser à cet endroit, il vaut mieux être un homme : on ouvre sa fermeture éclair, on coupe sa respiration, on détourne son regard, on ferme le yeux, et on pisse en vitesse, et on sort en vitesse. Chier n'est pas du tout aisé dans ces conditions, c'est pire : on fait vite ! On pousse, on pousse, car on ne respire pas. on sort vite ! Vous voulez prendre votre douche ? On vous déposera un seau d'eau à côté d'un WC rempli de cacas, où mouches et cafards se disputent la chefferie des lieux. C'est ça les toilettes dans notre capitale et dans nos grandes villes.

 

La plupart des habitants de N'Djaména ne possèdent pas de WC moderne, ni à la turque ni avec une chaise anglaise. La fosse est la chose la mieux partagée. Même les Tchadiens qui ont vécu longtemps à l'étranger, en Europe, en Amérique, voire dans de grandes capitales africaines comme Abidjan, Dakar... reprennent rapidement les habitudes locales quand ils rentrent au bercail : l'entretien des toilettes est le dernier des soucis, d'ailleurs ça ne constitue même pas un souci. Leur séjour à l'étranger ne leur sert jamais d'inspiration dans le domaine. Quelques Tchadiens possèdent un WC moderne chez eux. Mais là encore, l'entretien laisse à désirer. C'est même pire : on peut voir la chaise anglaise, ou le WC à la turque, remplis de cacas surnageant l'eau. Vous tirez sur la chasse ? Pas d'eau. C'est la-dessus qu'on continue à faire ses besoins. Il vaut mieux avoir une fosse bien entretenu, qu'un WC moderne mal entretenu.


Dans les bars, pire ! Les toilettes sont dans une saleté indescriptible. Là aussi, pour pisser, il faut couper sa respiration, détourner son regard et fermet les yeux.
Dans les bureaux, que ce soit chez le ministre, le député, le proviseur d'un lycée ou le petit fonctionnaire quidam, c'est pareil : le WC contient des excréments visibles, ça pue, sans que les occupants de lieux ne se posent de questions. Ils y vont faire leur besoin quand même. Dans la plupart des hôtels et auberges, c'est pareil. Pas d'entretien digne des toilettes. Si vous débarquez sans réservation dans une auberge de la capitale, on vous dira : "attendez, on va vous préparer la chambre". Si vous suivez le gérant dans la chambre, vous allez voir un WC bien remplis de cacas qui pue, des préservatifs jetés partout à même le plancher, de la poussière partout. Le gérant vous dira : ça ne fait rien, j'en ai pour quelques minutes pour vous nettoyer tout ça... Parfois vous logerez dans un hôtel de classe. Vous allez faire vos besoins au WC. Vous tirez la chasse : surprise ! pas d'eau ! Il faut aller à la réception, demander un seau d'eau pour venir faire partir vos excréments.
 
Je me suis souvent posé la question de savoir pourquoi les Tchadiens de tous bords, de toutes couches sociales sont si négligents quant à l'entretien des toilettes, mais je n'ai jamais trouvé de réponse. Les sales habitudes dans le domaine demeurent, on dirait pour l'éternité.

BELEMGOTO Macaoura