Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Ahmat Zéïdane Bichara/Prix Lorenzo Natali 2006

 

Dans leur communiqué de presse du 4 novembre 2011, les responsables de l’organisaiton des Reporters sans Frontrières  attirent l’attention  du ministre de la justice togolais, Tchitchao Tchalim sur la lourde condamnation infligée, deux jours plus tôt, par le tribunal correctionnel de Lomé, à l’hebdomadaire privé L’indépedantExpress.Poursuivi par Madame Julie Béguédou, directrice générale de la Société Elisée Cotrane, spécialisée dans l’importation du riz à Lomé, le journal a été condamné à payer à la société 200 millions de Fcfa (environ 300.00 euros) de dommages et intérêts. Il doit par ailleurs s’acquitter d’une amende de 800.000 Fcfa (environ 1200 zeuros) et verser un franc symbolique à la plaignante. Dans ce courrier de presse, Reporters sans frontières reconnaît que le titre de l’article incriminé était particulièrement accusateur et de nature à porter atteinte à l’image d’Elisée Contrane ainsi qu’à celle de sa directrice générale.Ils ne contestent donc pas le fait que L’indépendantExpress puisse être condamné à réparer le préjudice subi par la société,mais ils estiment tout de même que le montant exorbitant demandé au journal risque d’entraîner sa faillite.L’organisation de défense des droits des journalistes affiche son inuquiétude pour l’avenir de cette publication indépendante. Au Togo, les poursuites judiciaires sont de plus en plus fréquentes contre les médias. Elles ne sont pas critiquables en soi, sauf si leur usage est abusif et surtout si leur but est d'intimider les journalistes, de les pousser à l'autocensure ou d'affaiblir financièrement les organes de presse. Conscients que la justice doit protéger les citoyens contre les délits que peuvent commettre certains médias, cet organisme français des défenses des droits des médiasdemande cependant de veiller à ce qu'elles ne mettent pas en péril l'existence de ces derniers. Dans sa parution n°177 du 16 août 2011, L'IndépendantExpress avait publié un article, illustré par une photo de Julie Béguédou, intitulé "Julie Béguédou va porter atteinte à la sûreté des consommateurs : Danger de mort : 190 000 sacs de riz toxique vont être déversés sur le marché". La plaignante a estimé faire l'objet de "calomnie", d'"accusations sans preuve" et de "sabotage" de ses activités commerciales. Le riz dit "toxique" avait ensuite été déclaré propre à la consommation après une contre-expertise réalisée par l'Institut togolais de recherche agronomique (ITRA). Les responsables du journal contestent les résultats de cette analyse.