Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

 

Depuis quelques jours, certains frères du sud bord inondent notre site bien aimé par des articles malsains parlant de la division. Certes, ces gens ont droit d’exprimer leurs opinions mais pas des idées néfastes qui pourraient nuire à notre unité. S’il s’agit de revendiquer leurs droits c’est compréhensible, d’ailleurs depuis l’indépendance toutes les familles tchadiennes même celles qui sont au pouvoir ont souffert et continuent à souffrir de l’ignorance, de la précarité, des guerres bref tous les maux du globe terrestre. Il est vrai qu’il faut lutter contre tous ces problèmes mais ce n’est pas une raison pour crier séparation de l’Etat. Ceux qui pensent que le pays va suivre l'exemple du Soudan se trompent largement puisque le cas du Soudan est très particulier. Voici quelques différences qui existent entre ces deux pays:

·         Au soudan, dès l'indépendance, les sudistes ont été écartés de l'appareil politique et économique du pays. Alors que le premier président tchadien était un sudiste, même aujourd'hui les sudistes occupent des postes clés dans tous les domaines de l'appareil de l'état: la magistrature, des ministères clés comme celui des finances, l’état major des armées, sans parler de plusieurs gouverneurs, préfets, sous-préfets, ambassadeurs, des généraux…Au Soudan, 85% des postes dans l’administration civile et militaire sont occupés par une seule ethnie celle d’Oumar El Béchir. 

·         Le Soudan avait appliqué la charia alors qu’une partie de la population est non musulmane. Chez nous, l’état est laïc et tout est permis : l’alcool, la musique moderne, les boites de nuits, la mixité des élèves dans les écoles, plus de vacances scolaires pour les chrétiens par apport à leurs frères du nord : le dimanche (journée dominicale) est considéré le jour de repos alors que la matinée du vendredi est travaillée,  bref on vit à l’occidental.

·         Au Soudan, 90 % des projets pour le développent sont réalisés dans le nord mais dans la partie arabe. L’absence totale de la politique du développement dans les états où vivent les peuples noirs (Darfour et sud-soudan).

·         Au Tchad, on a jamais eu un conflit racial moins encore religieux. Au soudan il y a avait eu 23 ans de guerre religieuse et 6 ans de guerre raciale.

Mes frères n’essayez pas de comparer les problèmes soudanais avec les nôtres. Tout le monde est  d’accord sur une chose, le pays va mal : corruption généralisée dans tous les domaines de l’appareil de l’Etat, mauvaise gestion des ressources du pays, favoritisme, clientélisme, association des réseaux mafieux, manque du patriotisme, non respect des droits humains, créations des rebellions basées sur des considérations ethniques et lucratives la liste est longue. Je pense que les solutions à tous ces problèmes ne viendront pas de la partition du pays, pour avoir un pays puissant militairement et économiquement il faut qu’il soit grand en superficie et peuplé, c’est une réalité palpable. Pour moi ni la partition (d’ailleurs le Tchad ne sera jamais divisé), ni la guerre civile pourra ouvrir la voie du développement et de la vraie démocratie au pays de Toumai. Tous ces maux pourraient être résolus par des moyens pacifiques et légaux:

 

·         La prise de conscience de la jeunesse tchadienne 

·         la scolarisation en masse des enfants tchadiens garçons comme filles puisque l’éducation est le meilleur rempart pour lutter contre l’ignorance et la violence

·         la création des associations non lucratives avec pour but de sensibiliser les tchadiens à renoncer tout péché qui nuit notre pays, mais également lutter contres la corruption qui mine l’administration depuis plusieurs décennies.

Du coté du pouvoir, il faut que les autorités sachent que le peuple tchadien en a marre des dysfonctionnements chroniques de l’Etat. Il est tant que le gouvernement cherche des solutions durables et efficaces pour lutter contre tous les maux qui minent notre chère république.

 

Abakar  Djiddi