Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: un pays gouverné par une élite sans gouvernail

Depuis plus de deux mois, le Tchad traverse une période sombre de son histoire, surtout que l’équipe qui a le règne du pouvoir depuis bonne lurette n’est guidée par aucune logique.
Je voudrais ici nommer la famine qui ravage le peuple sans que Deby et sa suite ne s’y gênent. Ils sont la pour leur intérêt, comme le disait Yorongar, la politique du ventre, jusqu'à quand les tchadiens accepteraient-ils l’humiliation de ce système. Aujourd’hui, même Mahamat Saleh Annadif, le serviteur est sous les verrous.
 A qui le tour prochainement, je pense bien a monsieur X. Deby salira un à un les cadres du Tchad.

Comme Haroun Kabadi est sorti de la prison pour être Président de l’Assemblée, il se pourrait que Mahamat Saleh Annadif sorte de la prison pour le poste de Primature.

Et de surcroit, nous sommes devenus un pays producteur du pétrole depuis bientôt dix ans. Mais hélas, le peuple se trouve dans la misère, tandis qu’une poignée de malfrats se serve des ressources des contribuables.
Le comble est que Deby change (par des arrestations, assassinats, humiliations, appauvrissements, création des problèmes au sein des communautee, mis fin des tes fonctions…..) d’équipe et des collaborateurs selon son tempérament et ses humeurs, il n’est point guidé par le besoin de la cause. C’est par accident de l’histoire qu’il est devenu président, dit-on, mais jusqu'à quand restera-t-il ?
Comment comprendre que dans un pays, le développement passe par des actions sans réflexion. Ne dit-on pas, que dans le pays des hommes intègres, il faut penser en homme d’action, et agir en homme de pensée.
Je voudrais dire une seule chose à l’homme fort de N’djamena, pour ne pas dire président de la République, car nous nous trouvons dans un état sans fondement, sans principe, ni des institutions fortement ancrées. Dans une nation, avant de soigner la population, avant de l’éduquer ou de la scolariser, nous devons d’abord résoudre le problème lié à son alimentation.
Une question bête que nous adressons au chef de l’état, en tant que chef de famille, quand tu as un enfant, sa maman l’allaite, tu penses à l’alimentation de sa mère, par conséquent à sa nourriture. Quand il passe quelques jours, tu le vaccines, et sa mère suit son programme de vaccination par la suite. Quand il est à l’âge de la scolarisation, tu l’amènes à l’école. Cette réflexion est à la merci de toute mère, comment elle peut échapper à Deby qui prétend être chef d’un pays et sultan de sa communauté ? C’est absurde, incompréhensible et incongru.
Monsieur Deby, avec votre poltron de Younousmi, vous avez passé votre temps a construire des hôpitaux, des écoles, des universités, des centres sociaux, des bureaux, des gros bâtiments abritant tel ou tel ministère sans y penser au capital humain. Tout développement passe par l’homme, il est l’acteur incontournable. Au lieu de former des médecins, de former des instituteurs, de former des infirmiers, disons d’investir sérieux dans le capital humain, vous avez privilégié les infrastructures pour mieux orchestrer le détournement des deniers publics.
Si vous demander conseil, on vous dira, de tout d’abord nourrir, nourrir et nourrir votre population avant de faire quoi que ce soit avec le revenu pétrolier. Mais en réalité, vous avez acheté des armes pour tuer la population et quand vous avez fini avec elle, c’est la famine qui les ravage, ceci va de votre responsabilité si vous avez la conscient de l’assurer. Il faut développer l’agriculture, avant tout.
Deby même s’il arrête tout le peuple tchadien, le problème de la mauvaise gouvernance reste comme telle. La seule solution c’est ton départ du pouvoir, par la force ou pas. Voici en résumé le Tchad de Deby.
 
Ahmat Adikher
Combattant de la Résistance