Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

  

ABDERAHIM-YOUNOUS-ALI-MIN-D

Depuis la nomination de Mr Abderahim Younous Ali à la tête du Ministère de l’Education Nationale rien ne va plus au sein de ce grand ministère.

Malgré les  récentes publications sur le Ministère de l’Education Nationale à propos des appels d’appels d’offres, notre pseudo ministre continue à se comporter comme un vulgaire délinquant.

 

En effet, le ministère de l’Education Nationale se comporte comme un chef de gang plutôt comme un ministre de la République : il convoque ses collaborateurs (certains directeurs technique) pour leur demander de l’argent et leurs proférés des chantages et des menaces. Le cas le plus édifiant est celui du directeur de l’Agence pour la Promotion des Initiatives Communautaires en Education «APICED». Il convoque ce dernier dans son bureau et l’ordonne de lui trouver une somme de 7.000.000 FCFA que son parti en a besoin. Il dit « Vous savez je suis un chef de parti et je dois subvenir aux besoins de mon parti et donc vous devez me trouver cette somme disait - il. Sinon je dois amener quelqu’un qui peut m’aider ajoute -t- il ». Le directeur de l’APICED surpris et paniqué par ce genre de discours mafieux tenu par un ministre, il se confie à ses collègues.

 

En suite notre pseudos Ministre chef  de parti se retourne vers le directeur du Centre National de Curricula ( CNC) et lui dit la même chose, que son parti a besoin d’argent et il est indispensable de lui trouver rapidement de l’argent même  s’il faut mettre la main sur les es subventions du dit centre.

 

Le lendemain Monsieur Abderahim Younous Ali appelle le directeur des projets Education et l’ordonne également de lui soutiré de l’argent des projets, car dit- il « mon parti a des difficultés de trésorerie et qu’il remboursera dans trois ou quatre mois ». Autre fait encore plus grave, le ministre apprend que la Direction Nationale des Examen et Concours dispose d’argent liquides pour organiser les examens de sortie pour les lauréats des écoles normales, il convoque le directeur, et l’ordonne de lui remettre la somme de 23.000.000 Fcfa. Le directeur Mr Seid Ngatoum refuse comme ses collègues des projets, du CNC et celui d’APICED. Contrairement aux autres Mr Gatoum sera sanctionner. Il est immédiatement suspendu de ses fonctions pour motif « insubordination Notoire» le 24 août dernier.

 

Face au refus de ces collaborateurs de lui satisfaire pour ces immenses besoins d’argents, le pseudos Ministre de l’Education se contorsionne depuis quelques semaines pour le faire révoquer et remplacer ces cadres du Ministère de l’Education Nationale par les militants de son parti (Parti du milieu pour la justice et le développement) ou par des individus plus dociles.

 

C’est ainsi que le Pseudos Ministre se promène depuis quelques semaines avec un projet de décret qu’il hésite à soumettre au conseil des ministres. On trouve ainsi dans ce projet de décret Mr kodi Mahamat, militant mordu du PLD s’est adjugé le poste du Secrétaire général, contre une somme de 15 millions qui sera payé en avance 10 millions et le 5 millions vont être payer après l’apparition du décret.

 

 Le poste du Secrétaire général adjoint a été vendu pour une somme 5 millions de francs et l’inspecteur général a été vendu pour une somme de 4 millions et le poste Directeur Général de la planification est vendu a son fervent  militant Bichara Chonko, un délinquant primaire qui ne mérite même pas d’être nommer un planton quelques part.

 

Ne pouvant valablement faire passer ce décret, car ces postes doivent recueillir l’avis du conseil des ministres, l’apprenti ministre est entraîne de chercher un moyen officieux pour avoir l’accord de Son Excellence le Président de la République pour ensuite maître le Premier Ministre et le Gouvernement devant un fait accompli.

 

Fait ahurissant, notre « Ministre » guignol ne pouvant prendre une décision sur les dossiers qui lui sont soumis le jour par ses services techniques, il fait venir tous les soirs dans son bureau des individus externes pour l’orienter dans les décisions à prendre, c’est à dire fouillé les parapheurs de l’Etat, les lire et lui dictée les conduites à tenir, quel degré d’irresponsabilité et d’ignorance ! Où est donc le secret de l’Etat ? Voilà comment est géré le Ministère de l’Education aujourd’hui.

 

Pour ce Ministre de Chef de Parti, sa nomination à la tête ce département est une occasion de se faire de l’argent et de placer ces partisans aux postes « juteux » de ce Ministère. En fait c’est la logique s’en servir au lieu se servir. C‘est dans cet but que farfelu ministre a improvisé une visite en Libye du 03 juillet au 10 juillet 2010 pour soit disant « tisser des liens de  coopération entre le Tchad et la Libye dans le domaine de l’éducation ». Mais en réalité l’objectif était d’aller faire la manche auprès des autorités libyennes. Il s’envole ainsi en la Libye avec ses acolytes sans  avoir aucun un sujet de discussion. Il s’est fait humilié par ses homologues libyens et ne sachant quoi faire, il prend la délégation officielle et se rend à syrte pour rencontrer  l’ancien ministre de l’éducation libyenne Mr Ahmat Brahim. Au menu de la rencontre  rien à dire sur l‘éducation. Par contre, il sollicite l’ancien ministre pour lui trouver de l’argent pour son pseudos parti le PMJD. Pour convaincre son interlocuteur Notre ministre guignol tient un discours aussi déplacé que fallacieux. Son parti,  « le PMJD est le parti qui va arabiser l’appareil administratif tchadien s’il a des moyens ». Et à la fin de leur entretien, il a remis une correspondance adressée au guide de la révolution qu’on imagine qui contient pleines des ridiculités.

 

C’est qui sur, la rentrée scolaire qui s’approche à grand pas  promet d’être chaude  si on n’en fait rien, on va directement dans la catastrophe annoncée.

 

N’est il temps d’arrêter cette destruction du système éducatif tchadien par un individu semi-lettré arabophone qui ne sait rien et qui n’a d’autre objectif de se faire de sou par tous les moyens ?

 

La gestion du système éducatif, requiert une personnalité responsable, d’envergure et du domaine c'est-à-dire une personne qui connaît au moins l’éducation nationale et la langue française, une personne responsable par ses faits et ses gestes et non un abrutis dans tout le sens du terme comme ce soit disant « ministre ».

 

En tout état des causes, l’urgence est signalée et après ça sera trop tard.

 

 

A bon entendeur salut !

 

Abderhaman Taha Moussa

   Fonctionnaire du MEN

     N’Djaména - Tchad

Email : Abderrahmane@hotmail.fr