Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Vous savez depuis le Comité Permanent en passant par les Codos et jusqu’à la rébellion du CSNPD de Ketté et Laoukein Bardé, ce front SUD a été toujours un échec.

Pourquoi ?

C'est  vrai à un moment de la lutte, la guerre était devenue une passion pour quelques uns pas seulement de grands sous ou des richesses du sous- sol qui les intéressent et leurs partages qui divisent ou envoient les gens à se rebeller, mais juste le leadership, le contrôle d’une région ou à la tète d’une communauté.

Les exemples ne manquent pas pour illustrer nos affirmations, le cas Kamougué-Naimbaye Lossimia, Habré-Goukouni et Acyl_Rhakhis Manani…

 

Les donnes ont changées le combat que doivent mener les tchadiens en ce moment est opposé littéralement au jeu dont ils se sont livrés il y a encore 32 ans.

Entrainer seulement des Sudistes dans une rébellion propre aux Sudistes s’est vouer à un échec, un échec même prématuré car la situation n’est pas la même qu’en 1979.

Etant donné que la lutte que mènent les résistants vise un seul objectif, faire partir ce régime, il y a fortes raisons que les gens doivent conjuguer leurs efforts, unir leur force et se débarrasser de toute querelle mesquine.

 

Il n’est plus question aujourd’hui qu’on doit créer une rébellion au sud juste pour s’attaquer aux civils innocents à cause de leur appartenance régionale, religieuse ou ethnique et autres véhicules de transport.

 

Aux Chefs des cantons et autres responsables traditionnels de se ranger aux cotés de la rébellion ou soit de jouer une neutralité absolue au lieu de jouer à la traitrise en dénonçant ou en livrant des opposants au régime.

 

En conclusion, si jamais ce front sud que tous les tchadiens appellent de leur vœu  se concrétise, la contribution et la participation de tout le monde est souhaité et souhaitable, il n’est plus question d’appartenance régionale ou religieuse, car nous menons le même combat : mettre un terme à cette dérive dictatoriale et libérer notre peuple ainsi que mettre un terme à cet interminable exil qui commence tuer presque toute l’élite.

 

Source confidentielle.