Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Hadjap !!!
Il y a des cadres hadjaraïs et des notables qui défendent Mahamat Zene Bada et pourquoi pas Abdéramane KOKO ? Étonnant et surtout bizarre.

Le fait d’être petit frère de Moldom Bada Abbas est-il un quitus pour que son cas soit vu autrement dans les détournements des fonds publics qui leur sont reprochés ?
Où étaient-ils ces cadres et notables quand les descendants de ABACHAR, vieux jardinier maraîcher hadjaraï, ont été virés du terrain qu’il leur a légué ?

Ce terrain était connu de tous les jeunes hadjaraïs de Fort-Lamy puis Ndjaména car le vieux Abachar était leur référence et les accueillait sans exception les bras ouverts. Ce terrain est situé sur l’avenue Mobutu, dans le prolongement du Lycée Technique Commercial et non loin de l’église Bonne Nouvelle.

Tous les enfants d’Abachar sont nés sur ce terrain que leur père, jeune, avait mis en valeur dans les années 30. Ce lieu était une zone encore sauvage et hostile que seuls les hommes courageux osaient s’y établir. Abachar l’a fait et tous les hadjaraïs de Fort-Lamy à Ndjaména le savaient. Mieux, Moussa KADAM quand il était proviseur au lycée Félix Éboué allait fréquemment chez le vieux Abachar qui lui offraient des légumes et des mangues produit sur ce terrain.

Pourquoi les descendant d’ABACHAR ont été, manu militari, déguerpis de leur lieux de naissance, sous le prétexte qu’ils occupaient un domaine public ?

Pourquoi aucune voix ne se soit élevée pour défendre le passé du vieux Abachar afin que son investissement soit respecté ?

Un chien remue sa queue en signe de reconnaissance pour qui lui a fait du bien. Il est malheureux de constater que seul le silence a règné dans le milieu hadjaraï quand les bulldozers voilaient l’espace où avait vécu Abachar : homme digne qui vivait des fruits des durs labeurs de la terre. Abachar avait, du temps de sa splendeur, nourri et entretenu une bonne parti de ceux qui, aujourd’hui, ne défendent que celui qui a fait détruire le fruit de sa sueur.

Faut-il être un destructeur des mémoires et des fonds publics pour être défendu par les siens ?

Hadjap ! Étonnant non ? Donnez-moi une réponse car je me perds en conjoncture.

abtouyour