Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Témoignage d’un rebelle,

 Un adage dit ” n’eussent été nos idiots, les idiots des autres nous auraient dévoré”.   ) law la soufahana, soufaha alakharine yaklouna ) Alors ,Ceci explique cela. Effectivement, bon nombre des nos opposants parmi lesquels le groupe de Soubiane que le blog Makaila  avait , en 2009  fait écho  dans un article signé  «  il faut être FSR pour se blanchir  »  de son auteur, Habib Mohomed, a intelligemment profité  de l’idiotie des jeunes pour s’en approprier des données bénéfiques de la réconciliation avec le gouvernement. Contrairement à ces mêmes jeunes qui ont reçu une attestation du travail fourni à Moussoro, la Gandoura blanche «  djallabia beida Makouia » (pour ne pas imiter la chanteuse Nada Algalaa),  tous leurs chefs, sans exception aucune, de Soubiane à Choua Dazi  et jusqu’au  Dr Mahamoud Nohor, ont accédé, malgré leurs passés, à des postes de responsabilités. Car, Il est impensable dans ce cas précis,que le président IDI, au lieu de récupérer ces jeunes en lieu et place de ces malfaiteurs, les incite davantage, malgré eux, à se rebeller contre son pouvoir. Si comme au Tchad, le poisson pourrit toujours par sa queue. 

Au fait, il m’a été présenté  en effet un document  de 200 pages  sous le titre de  «  le dindon de la farce d’une guerre perdue d’avance  » par un de mes anciens  amis, acteur et témoin en même temps d’une aventure connue sous le vocable de la  résistance de l’Est ou la rébellion  du Darfour.  L’auteur a  voulu garder  l’anonymat en ce moment  pour des raisons  qui lui son propres  mais on s’est convenu,  d’ores et déjà, d’en publier ensemble chapitre par chapitre le contenu. Pour ma part, j’ai jugé utile de faire  participer  le public, fin critique  de donner à son tour ses suggestions  après la publication de chaque chapitre  pour que finalement  ce travail ne soit pas non seulement un document à valeur littéraire mais justement un témoignage auprès du Tribunal Fédéral Américain  pour les crimes des enfants.

Comme le jeu est connu d’avance, je ne veux pas  revenir cependant  sur cette phase tumultueuse de l’histoire d’autant plus que les quelques opposants ralliés, ont manifestement démontré leurs limites dans cette phase de revendication (rébellion). Car, le centre du récit  qui  a retenu mon intension reste intimement  le chapitre, titré « le faux pas de Soubiane  » et plus grave encore celui dit ¨l’enfant a gâchette facile ¨.

Pour  rappel, en 2004, le président IDI, avait limogé son ambassadeur, Ahamat Hassaballah Soubiane par décret présidentiel au grief  d’en avoir  liquidé les locaux de l’Ambassade de la République du Tchad à Washington DC sans en  avoir  reçu  donc l’ordre, évidemment.  La suite ? imaginez la,  le Darfour, hostile donc au régime de N’djamena, a servi de refuge doré et aussi vache à lait au fugitif.

Invraisemblablement, Soubiane, connu par son individualisme, d’une manière ou d’une autre, a pu gagner, on ne sait par miracle, le terrain familial  rebelle longtemps perdu à cause de ses  comportements obscurantistes  envers les uns et les autres selon ce décryptage.

Ainsi, pour se repositionner éventuellement sur l’échiquier politique, il a quand même pu  convaincre  par des fausses promesses  (postes et grades, d’ailleurs  rien n’a été  exigé  du gouvernement, sauf sa grâce) ces jeunes gens à regagner le bercail. Une fois rentré, c’est le contraire qui s’est finalement  produit. Malgré tout, c’est le seul du groupe qui a eu nonchalamment  tous les privilèges et continue d’en profiter davantage.

Evidemment, Ce chapitre, retrace soudain  son itinéraire politique, estudiantin, social, intellectuel. C’est dire, de lycées en lycées, des villes en villes, des universités en universités, des pays en pays, des rebellions en rebellions pour le jeter en effet dans des moules sociales, politiques, intellectuelles, et ainsi que  familiales.

Ce récit ne passe non plus par des théorèmes mathématiques pour démonter à ceux qui étaient trahis, si vous me permettez le mot, et notamment à ceux qui croient jusqu'à en ce moment au personnage mythique mais néanmoins  fournit conjointement des témoignages qui peuvent servir des portes de sortie de ce black-out.

Parallèlement, Ce document touche un peu plus loin le parcours des ainés (ceux d’Ati, Abéché et Biltine) pour ainsi éclairer les générations présentes et celles du futur qui, jusqu’alors tiennent mordicus derrière  des gens qui,  au lieu de les guider, continuent  à les arnaquer voire même les concurrencer.

 Ici, seul, Mahamat Saleh Annadif fait figure d’exception.) Nous y reviendrons avec détail (

En bref, il faut l’avouer, dans ce cosmos agité  des trahisons, des tractations, des unions et des désunions, l’auteur sort muri des idées qui peuvent non pas seulement aider les jeunes à regarder dans l’avenir  mais contribue succinctement  à orienter les chercheurs dans ce domaine nullement inexploité.

Alors, passerons-nous d’ici la semaine prochaine au premier chapitre pour que vos suggestions, vos analyses, vos remarques  nous parviennent  sur cette adresse  ci-dessous.  

A bon entendeur salut !

)A suivre (

 

 

 .