Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Pour l’efficacité des institutions tchadiennes.

La nécessité d’une vision citoyenne et d’une synergie nationale.

 

Par Talha Mahamat Allim

Genève, Suisse

 

Des écrits sur certaines institutions publiques tchadiennes en général, et en particulier le constat fait dans le fonctionnement de certaines de nos misions diplomatiques, révèlent que le Tchad est encore loin d’une vision citoyenne et d’une synergie nationale favorables à l’impulsion d’une nouvelle dynamique d’un progrès socialement juste, économiquement viable et politiquement responsable. Ce qui ne peut qu’entamer la crédibilité de leurs dirigeants, qui est déjà au plus bas pour certains d’entre eux.

 

Il est nécessaire que ces dirigeants réapprennent à instaurer un climat de confiance avec leurs concitoyens en lieu et place de la méfiance et de la suspicion qui règnent en ce moment entre les tchadiens et ces dirigeants. Indéniablement, tout homme politique a le devoir de cultiver le patriotisme, renforcer la cohésion sociale et l’unité nationale. Il doit ainsi se montrer digne de la lourde responsabilité qui pèse sur lui. Malheureusement, on observe aujourd’hui des comportements tout à fait regrettables et contraires à l’éthique politique et diplomatique ainsi qu’à la morale collective.

 

Ce qui constitue une attitude non seulement de fermeture d’esprit préjudiciable au débat créatif et à la participation constructive dont a surtout besoin le Tchad, mais aussi décrédibilise nos dirigeants sur la scène internationale. L’exemple de la mise en place du démembrement de la CENI Tchad en Suisse vient nous rappeler cette singularité dans la conduite des affaires publiques qui n’honorent pas le Tchad et certaines de ses autorités.

 

L’exercice de servir son pays exige des critères objectifs de compétence, de professionnalisme et de moralité au-delà de colorations amicales, politiques, ethniques, régionalistes et autres. C’est pourquoi, nous osons espérer que la célébration du cinquantenaire de l’indépendance  du Tchad va être pour tous les tchadiens une occasion d’un sursaut national et patriotique qui va nous permettre de regarder tous dans la même direction avec des nobles objectifs de réconciliation nationale, de lutte contre les injustices et les inégalités afin d’aboutir à un véritable développement durable.

 

Comme cela apparait dans nos réponses aux nombreuses questions de nos compatriotes et dans les différents thèmes abordés dans nos différentes analyses concernant une certaine vision de l’avenir du Tchad, nous estimons qu’il serait plus bénéfique pour le Tchad d’amorcer un changement dans l’organisation, le fonctionnement et la gestion de nos institutions, en particulier dans nos missions diplomatiques. Les partisans du statu quo, dont l’objectif principal est de préserver leurs intérêts personnels par tous les moyens et qui ont une vision étriquée, stéréotypée, classique, statique de nos institutions, n’aident vraiment pas le Tchad à aller de l’avant. Ils usent de tous les moyens, y compris des faux débats, pour éviter une  véritable confrontation d’idées et refuser tout accès des autres à l’opportunité de montrer dans les actes une autre manière de gérer, plus responsable et plus efficace.

 

Nous considérons que la prise de conscience des dysfonctionnements qui ont fait l’objet de nos différents articles, et des défaillances mises en évidence par ceux de nos compatriotes, permettra d’explorer des pistes pour y remédier au nom de l’intérêt du Tchad et de sa population.

 

Chacun à son niveau, en tant que citoyen, peut apporter sa contribution dans la construction de notre pays quel que soit son niveau de savoir, de savoir-faire et d’expérience. Ce qui importe, c’est le caractère constructif, pertinent et cohérent de cette contribution.

 

Nous y reviendrons dans nos prochains articles sur le bilan de l’année 2010 en matière diplomatique, sur la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Tchad et d’autres sujets d’intérêt national, dans la perspective de la prochaine année 2011 qui, nous espérons, sera marquée par un véritable changement de nos mentalités et comportements, surtout dans la manière de gérer la chose publique et dans les rapports avec l’autre.

 

Talha Mahamat Allim