Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

oumae12

Tchad : Un Officier Assimilé (OA), du nom de Oumar Aboubakar Abdaldjalil, de permanence au Camp de 27, a été battu à mort par deux Zak (fils de Idriss Déby Itno et Haiga Déby Itno).

Dans la nuit du 19 au 20 novembre 2012, un Officier Assimilé (OA) de l’ethnie arabe, nommé Oumar Aboubakar Abdaldjalil, de permanence au camp de but communément appelé camp de 27, a été battu à mort par les fils du Président Idriss Déby Itno et Haiga Déby Itno.

Etant de permanence, Oumar Aboubakar Abdaldjalil entend un groupe entrain de se saouler et manger de la viande au milieu de la cour du camp de 27 mais mal en a pris le jeune OA qui est allé vers ce groupe de privilégiés et leur demander de se calmer. Ils lui ont répondu très négativement et sachant que ce sont les enfants de la Race Aryenne, notre OA rentra dans sa cage. Après avoir fini de boire et manger, ce groupe à sa tête, les fils du Président et de Haiga Déby viennent extraire le malheureux de sa chambre et le battent à mort sous le regard goguenard des autres militaires qui sont devenus de simples spectateurs devant cette pitoyable scène.

Après l’avoir copieusement battu à mort, les deux sieurs appellent une voiture sans immatriculation et le jettent dans le coffre et l’amènent vers une destination inconnue où ils lui font subir d’autres tortures inhumaines en le plongeant dans des eaux usées (caniveau) pendant plusieurs heures. Après avoir fini leurs tortures, ils le ramènent au camp et le jettent comme un chien et laissé pour mort.

 Et c’est après le forfait de ces princes que les autres militaires reprennent conscience du danger, fouillent les poches de la victime, trouvent un téléphone portable et appellent les parents de la victime qui l’évacuent à la garnison militaire de N’Djaména.

La victime se trouve actuellement à la garnison militaire de N’Djaména avec une jambe cassée, le visage complètement déformé et souffre d’autres fractures aussi importantes les unes que les autres. Il se trouve que les militaires ayant commis le forfait sont des élèves officiers et dont l    a victime est leur instituteur.

A l’heure actuelle, les parents de la victime, sont allés voir le chef hiérarchique et se concertent pour pouvoir répondre à cet acte lâche et barbare. La question que tout citoyen lambda se pose est : Sommes-nous au Tchad dans un Etat de droit ?

PS : La photo de la victime suivra


Le blog de Makaila