Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

1640247-2208135

Ces derniers temps, l’opinion africaine et internationale est témoin de la montée en puissance des propos accusateurs à l’encontre du Général Baba Laddé, leader du Front Populaire pour le Redressement (FPR), groupe armé politico-militaire  tchadien opposé au régime  central,  clanique et dictatorial d’Idriss Deby  au pouvoir au Tchad depuis 1990.

 

Il est répugnant d’écouter et de lire via les médias  des allégations  grossières dénouées d’arguments fondés dont les autorités centrafricaines font preuve pour incriminer  le Général Baba Laddé dans les actes de violences en RCA. Ces allégations sont malheureusement,   relayées par une presse locale acquise à la cause du régime du Général  François Bozizé, appendice du pouvoir d’Idriss Deby au Tchad.

 

Il convient d’attirer l’attention de l’opinion publique centrafricaine, continentale et internationale que le Général Baba Laddé et ses forces établies en territoire centrafricain ne peuvent être tenues responsables des atrocités commises par les groupes rebelles centrafricains  qui se battent contre le régime autocratique et militaire de François Bozizé.

 

Les forces du Front Populaire pour le Redressement  (FPR) ne sont motivées par aucune considération pour tuer  les  civils  ou commettre des actes de violations des droits de l’homme à l’encontre des autres personnes dans la sous-région.  Bien au contraire, ce sont les militaires centrafricains et tchadiens qui ne savent faire la part des choses entre les civils et les forces de résistances hostiles à leurs régimes.

Aussi, convient-t-il de souligner que le Général Baba Laddé  qui a fait preuve de disponibilité pour  accepter les propositions  du Général François Bozizé  en faveur des  négociations avec le régime d’Idriss Deby, malgré les multiples qu’il encourt,  ne peut se permettre d’autoriser à ses troupes de semer des exactions à l’encontre des personnes civiles non armées.

Le 1er décembre dernier, le Président centrafricain, François Bozizé accusait les forces du FPR de piller les éleveurs peuls  dans la région.  Ces affirmations  mensongères  du chef de l’Etat centrafricain, visent à Présenter  le Général Baba Laddé à l’opinion publique centrafricaine et internationale, comme  un vulgaire bandit dont les revendications politiques  sont insensées.

 

Or, nul n’est sans savoir qu’au Tchad et en RCA, les éleveurs  Peuls et Mbororo, sont les principales victimes des armées  et des hommes en treillis aussi bien tchadiens et que centrafricains  de par et d’autre des frontières communes qui lient ces deux pays.

 

Il est donc évident  que le Général  Baba Laddé issu de la communauté Peul, ne peut admettre que ses parents soient maltraités et extorqués par des gouvernements irresponsables et anti-démocratiques  comme celui de Deby et de Bozizé, largement contestés et décriés  par leurs propres peuples.

 

Les  manipulations politiques et médiatiques de l’opinion  nationale et internationale par l’entremise des autorités centrafricaines et  tchadiennes soutenues par des organes de presse qui œuvrent dans le sens de consolider les régimes d’exception à Ndjaména et Bangui, ne sont pas à prendre au sérieux et ne passeront pas.

 

Il est tout à facile de  vérifier toute information relative à Baba Laddé et à ses fores armées dans la sous-région, il suffit de se renseigner auprès des agences humanitaires internationales qui travaillent sur place pour apprécier le niveau des rapports harmonieux  entre les rebelles tchadiens et celles-ci.

 

Rappelons donc au passage qu’en 2009, le Général Baba Laddé qui se trouvait à Bangui en négociation avec le régime tchadien, alors qu’il  est était sous la  protection des forces étrangères de Mission de consolidation de la  paix en Centrafrique (Micopax), était arrêté par les autorités centrafricaines connues pour leur connivence avec Idriss Deby puis livré à Ndjaména où il était détenu et maltraité pendant une année avant de réussir à s’évader des prisons pour se réfugier au Cameroun.

 

Vous comprendrez donc que sa démarche pour des négociations  de paix avec Idriss Deby, nécessitent des garanties de sécurité suffisante au niveau sous-régional et international.

 

C’est pourquoi, toute personne éprise de pays et de justice, trouve légitime que le Général Baba Laddé, sollicite l’intervention de la communauté internationale dans les négociations avec Ndjaména.

 

Face donc aux escalades verbales et à l’évolution de la situation militaire au Tchad et en RCA entre le Général Baba Laddé et les régimes de Bozizé et de Deby, il est fortement demandé à la France, alliée et partenaire historique qui continuent à parrainer et imposer  ces hommes au pouvoir contre  la volonté populaire, de bien vouloir prendre sa responsabilité pour épargner à la sous-région un regain des violences armées dont les conséquences seront incalculables.

 

 

Makaila Nguebla