Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La tête est à jeter.

Au lendemain des événements de février 2008 à Ndjamena, le gouvernement de Mr Youssouf Saleh Abbas s’était donné le mandat de faire toute la lumière sur les morts et disparus de cette sanglante guerre urbaine. Comprenez par morts, les morts dont les sépulcres sont connus ou peuvent être connus des citoyens ordinaires. Et par disparus, hypocritement appelés ainsi, les morts dont les sépulcres sont connus de très peu de personnes, même pas les familles des victimes.


Aujourd’hui, le temps pris pour ne rien faire, hormis se compromettre dans des actions malhonnêtes, éveille le soupçon  selon lequel la nomination de cette équipe à la gestion des politiques et affaires publiques Tchadiennes est un artifice devant accordé suffisamment de temps pour nettoyer les scènes et traces qui pouvaient incriminer certaines personnes. C’est ce que croient les Tchadiens et qui se raconte dans les salons et rues de Ndjamena.

 

Mieux vaut comprendre tardivement que jamais ! Ce réveil est renforcé par le fait qu’aujourd’hui, personne ne peut présenter un résultat sérieux et objectif, même partiel, des enquêtes menées ni expliquer en toute vérité ce qui s’était passé pendant la grande ivresse guerrière des hommes en armes dans les rues de la capitale Tchadienne. Au moment où j’écris ces lignes, le camp présidentiel et ses rhéteurs sont tous au même refrain derrière lequel ils se barricadent : « laissez la justice faire son travail. » Lorsqu’il s’agit des affaires graves comme celle d’Ibni Oumar,  c’est le chef de l’état lui-même qui monte au créneau en entonnant le refrain. Et lorsqu’il s’agit  des leurres ou autres règlements de comptes, ce sont ses hommes de main. Ils osent parler du travail au Tchad de la justice. Justice au sens de la république ? 


Il ne sert à rien d’attendre 2 ans avant de comprendre que « laissez la justice faire son travail » est une boucle folle qui peut tourner 10 ans, 15 ans ou continuellement si l’on ne décide pas de l’arrêter. C’est le refrain de l’endormissement qui n’apporte aucun changement.

Politiquement, le gouvernement de Saleh Abbas a échoué de désamorcer les tensions et réconcilier les Tchadiens qui vont jusqu’à s’entretuer par les armes. Même l’éventualité d’une table ronde, même pas un accord mais une simple table ronde, entre les fils du Tchad n’est ni sur table ni envisageable avec cette équipe. 

Économiquement, appréciez vous-même le pillage systématique de nos deniers et ses conséquences sur les finances et comptes publics sans parler des cirques à dormir debout.

Socialement, on peut affirmer que le type d’autorité morale de l’actuel gouvernement s’éloigne de l’éthique de la grande majorité de Tchadiens.  

 

Alors quoi ?

Hormis l’endormissement du peuple sur des questions qui méritent des réponses immédiates, que reste-t-il à Mr Youssouf Saleh Abbas et ses ministres à présenter aux Tchadiens comme résultats de presque 2 ans d’exercices en tant que gouvernement ? Rien!  Ils sont venus avec rien. Ils n’ont donc rien à présenter mais ils partiront probablement avec beaucoup, en tout cas pas les poches vides.

L’absence de résultats significatifs de l’actuel gouvernement dans les politiques qu’il a initiées jusque-là et sa force corruptrice retirent, à Mr Youssouf Saleh Abbas et son équipe, toute légitimité à continuer de fixer les orientations politiques et à assurer le fonctionnement des affaires et services publics.


La tête est à jeter ! Inutile de la maquiller. Le devoir appelle le président de la république.

Joe Al Kongarena, librafrique.com

joe.alerte@gmail.com