Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Vourboubé Pierre
 
Bonjour, Mak !
 
Que se passe-t-il réellement au pays de Toumaï ? Où va-t-on ? Pourquoi s’y déchire-t-on sans merci, au gouvernement comme dans la rue ?
 
Au gouvernement, la cohésion tant prônée n’est jamais au rendez-vous. La guerre des clans divise et éclabousse la population. La plupart des membres du gouvernement glisse des peaux de banane à leur chef qui, lui, ne contrôle rien. Il préfère s’absenter pendant la crise sociale à cause de son opération COBRA. En effet, dès lundi, les travailleurs observeront une grève d’une semaine. Pendant ce temps, notre PM est à au nord-est ! Mais, Emmanuel Nadingar demandera-t-il à une équipe d’auditer aussi sa gestion ? Pourquoi n’envoie pas des enquêteurs à la défense nationale et à la présidence de la République ? Il y a aussi les autres institutions de la République, l’Assemblée nationale, la Cour suprême, le Conseil Economique, Culturel et Social, le Conseil constitutionnel, etc.
 
En attendant, il donne l’impression qu’il est encore un chef de gouvernement. Au fond, il n’est que l’ombre de lui-même. Il dirige une équipe désunie, des conglomérats d’intérêts particuliers.
 
Quand notre PM voyage, c’est dans des sacs que son directeur des affaires financières transporte l’argent. Le vendredi dernier, il en a transporté au vu et au su de tout le monde. J’y étais moi aussi, à la recherche de la note de service cousue de faute de son directeur de cabinet. Le personnel de la primature s’est figé, les yeux écarquillés.
 
Notre PM refuse simplement d’admettre que la presse ne joue aucun rôle dans sa descente aux enfers. Qu’il se comporte en vrai chef de gouvernement et il verra combien nous apprécierons ses actions. Emmanuel Nadingar ne sait-il pas qu’il est la seule personnalité à être de mèche avec notre blog ? 
 
Un de nos amis bloggeurs parle de Me Padaré. Sachez que notre cher ministre des affaires foncières et du domaine a revu ses ambitions à la baisse. Autrement dit, il ne parle que de son maintien dans l’équipe de celui qui remplacera Nadingar. La semaine dernière, à une place mortuaire, j’ai surpris quelques caciques du MPS du Lac Léré en train d’en discuter. Selon ses camarades, Me Padaré a commis des marabouts pour la circonstance, sûr qu’il n’a jamais été à la hauteur des défis. « Maintenant, c’est Manu, un tailleur résident à Garoua, et Yérima, un de ses beaux-frères, qui s’en chargent. Ces deux sillonnent le monde à la recherche des féticheurs talentueux. Me Padaré leur a demandé d’entourer tout d’un silence de mort. C’est ainsi que, quand il est ici, son beau-frère, un intime ami, ne cherche même pas à me voir », a dévoilé l’un de ces ténors à ses amis. Puis, souriant, il a ajouté : « N’en dites mot : dans la ville, Korta, Teuhallé, Yakoub Pazimi, Thibault et bien d’autres sont chargés d’enquêter pour voir si les gens sont au courant de la stratégie de notre ministre. Ils disent qu’ils corrigeront ceux qu’ils surprendront en train d’en parler. Comme ce gouvernement est un cercle de malfaiteurs, ils sont capables de tout s’offrir », a avoué le même acteur de cette discussion. « Je ne sais pas ce que ce gars veut devenir dans ce pays !
 
A Léré, on l’a baptisé "Ministre fait tout" parce qu’il est seul à vouloir tout faire à la fois, dans tous les domaines ! La santé, l’éducation, l’assainissement et l’eau potable, le bitumage des routes, tout et tout c’est lui et lui seul ! Une sorte de gouvernement local avec un seul membre. Heureusement que nos parents comprennent de plus en plus ce qu’il vaut réellement sur l’échiquier politique national », a renchéri un autre. « Il critique Kebzabo alors que sa mère renvoie les femmes qui viennent chercher de l’eau chez elle : ‟ Allez-vous-en, vous êtes toutes contre mon fils” crie-t-elle ! Mais, elle oublie que son forage, contrairement à celui de Kebzabo, a été réalisé sur les fonds publics.
 
A Pala, il est Jean Bernard ‟Rose Croix” », a dit un troisième.
 
Dans la rue, l’insécurité est totale. On ne compte plus les motos arrachées et les agents de force du maintien de l’ordre indélicats. L’un d’eux est toujours au rond-point de l’Union. Petit de taille, on se demande comment il est devenu policier ! Il harcèle les vendeurs de fruits, leur reprochant d’avoir fait de la surcharge.
 
Pendant ce ramadan, tout ce monde nous laissera-t-il respirer un peu ? Pas si sûr car le ministre de l’information, dans une lecture digne d’un journaliste, appelle les travailleurs à la reprise de travail alors qu’il n’a jamais appelé à la grève.