Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Décidément on ne se privera jamais assez de voir des choses qui ne se feraient pas sous d’autres cieux. Chez nous, les affaires d’État sont devenues si risibles que même le plus attardé des Tchadiens n’a plus de considération pour l’état.

En  effet, en date du 25 Aout 2009, un décret présidentiel mettait fin aux fonctions de Monsieur Abdelkerim Issakha Diar, propulsé Directeur général de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale(CNPS), en récompense pour la reddition de son père Issakha Diar au régime de Deby. Ce n’est que normal dans une affaire entre des gens d’une même ethnie me diriez vous !

Galvaniser par cette nomination a un service juteux, Monsieur Abdelkerim Issakha Diar ne lésina pas sur les moyens pour s’en mettre plein les poches, recrutant des proches parfois analphabètes pour grossir le rang du personnel de la caisse et avoir ainsi des yeux et des oreilles dans tous les services de la CNPS.

Pendant que  Monsieur Kadadi cogite et se ronge le sang entre les murs insalubres de la maison d’arrêt, incapable de jouir de ses luxueuses demeures de Ndjamena et de New-York, Monsieur Idriss Deby sans surprise, Monsieur Idriss Deby, le prolifique signataire des décrets accoucha une de ses œuvres en mettant le comble à l'ironie pour accorder une grâce présidentielle aux nommés ABDELKERIM ISSAKA DIAR et OUMAR BAHAR condamnés à cinq (5) ans d'emprisonnement ferme et un million de francs CFA (1 000 000) d'amende ferme chacun par décision du Tribunal de 1ere  Instance de N'Ndjamena le 1er Octobre 2009.

Au vu de ce décret de complaisance, nous disons que les nouveaux bénéficiaires de cette grâce Présidentielle qui a mon avis doit être nommée bénédiction aux pilleurs de deniers publics, seront bientôt nommés a d’autres services pleins au as pour perpétuer l’art de voler la fortune publique. Car, au Tchad, ceux qui seront éclaboussés par un parfum de scandale et traités de détourneurs des deniers publics sont ceux issus des autres ethnies ou régions ne possédant pas l’immunité clanique pour pouvoir violer, tuer, torturer et détourner sans crainte de représailles.

Voilà encore une bonne nouvelle! Pour tous les bouffons et zélés qui ne se privent pas pour détruire des quartiers entiers, enfermer ou torturer des paisibles citoyens, faire des courbettes et des salamalecs interminables ou pire encore faire l’épicerie de la première dame. Deby à une mémoire courte et la fourberie a fleur de peau. Il est guidé par les décisions prises par le clan, tous ces pitres de la République se verront rattrapés inéluctablement un jour par l’ingratitude de celui qu’ils servent comme si leur vie en dépendait. Peut-être que Monsieur Kabadi et les autres zouaves comprendraient-ils la leçon et le message ? Enfin, par cet acte élargissant deux détourneurs notoires des deniers publics, le peu d'espoir de voir la réalité d’une bonne gouvernance triomphée sur les reflexes néfastes est loin d’avoir fait son chemin. Après toutes ces années sombres, notre peuple continuera à subir les contrecoups des voleurs, violeurs, massacreurs, tortionnaires et autres véreux qui trouvent le Tchad de Deby, un véritable paradis. Pour nous les autres, nous avons les yeux pour pleurer ou la corde pour nous prendre, rien ne changera les habitudes et les appétits des prédateurs impunis, Car ne sommes-nous pas au paradis des nébuleux où les voleurs sont rois? Nous sommes au Tchad, ne vous étonnez point. Sauvez les voleurs.  Mort aux pauvres !

Quand les grands voleurs gouvernent notre pays, le peuple martyr du Tchad Affamé, clochardise, terrorisé et museler ne peut ou n’a aucune force pour se révolter contre  les pillages des richesses nationales. La seule liberté concédée à notre peuple est de mourir de faim, de manque des soins, de voir sa maison en torchis détruite alors que des individus malhabiles construire des villas sur des lots réservés avec espèces sonnantes provenances de nos régies financières sans crainte de se voir déguerpir. Aux desiderata des conciliabules claniques, il ya aura toujours des nominations de complaisance avec a la clé des détournements qui resteront impunis voire même encouragés.

 

Abbas Kayangar