Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 MakailaPT-1-.jpgMakaila Nguebla

Hier, nombreux sont  les  lecteurs et observateurs qui ont lu les différents communiqués de presse de l’Union des Forces de la Résistance (UFR), de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD) et enfin de la Commission de la Résistance Nationale Armée (CoReNa), publiés dans les sites Internet se réclamant proches de l’opposition tchadienne.

Ces déclarations officielles des groupes armés tchadiens, ont éventré au public national et international, une fois de plus la problématique liée à la cohésion et à l’unité de l’ensemble des forces politico-militaires opposées au régime central du Général Idriss Deby au pouvoir depuis 1990,et qui refuse de le céder par voie démocratique ou armée.

Pour les observateurs les plus éclairés sur le dossier de la rébellion tchadienne, il ne fait l’ombre d’aucun doute, qu’elle est plongée dans une impasse illimitée et un labyrinthe sans précédent crée par l’antagonisme, l’incommunicabilité totale entre les uns et les autres, qui, pourtant, disent ensemble combattre le même régime.

Aujourd’hui, avec les négociations directes imposées aux leaders de la rébellion tchadienne, par l’allié habituel qui leur demande d’aller rencontrer sans broncher une délégation du gouvernement tchadien venue à Khartoum, pour une réconciliation inter-tchadienne, il va sans dire que l’on doit noter que  les mouvements politico-militaires ne jouissent pas totalement des marges de manœuvre pour contester une quelconque décision du partenaire.

Au niveau de notre blog, nous avons toujours soutenu que seul, dans un cadre de dialogue politique sans exclusif, que le pouvoir  de Ndjaména , les sensibilités politiques et associatives, peuvent dégager des perspectives idoines pour le retour de la paix et la stabilité au Tchad.

Or, il nous est permis de constater qu’à la lecture de ces différents communiqués de presse pondus hier par les mouvements armés désormais en difficulté évidente, il est impossible qu’un consensus global se dégage au cours du débat et qui permette à la rébellion de peser dans les négociations avec un pouvoir extrêmement rusé, hautain et méprisant.

Au regard de cela, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper, que nous nous trouvons dans un conteste des négociations disproportionnées et aliénées où d’un côté, une rébellion désunie ne peut réclamer grand-chose d’un pouvoir qui, malgré un état de déclin perceptible, résiste et reste muet sinon totalement sourd aux sirènes de la paix, émises de par et d’autres des forces contestataires internes et externes.

Que faut-il faire dans ce cas ?

Il est temps que les gens se ressaisissent devant leur turpitude et saisissent les instances sous-régionales, internationales pour exprimer clairement leur désapprobation absolue face une médiation restreinte et discrète et qu’ils réclament de la communauté africaine et internationale son implication totale pour la tenue d’ un dialogue politique fécond et accessible au Tchad avec le régime d’Idriss Deby connu pour ses manquements divers en matière du respect des accords signés sous les auspices des témoins internationaux.

Les outils et instruments internationaux existent, il suffit de les saisir pour exprimer son désire profond à une démarche conforme et « catholique » à la volonté de l’opinion publique internationale.

A cet effet, il y a des canaux  à emprunter pour interpeller des hauts responsables des organisations internationales et solliciter leur engagement dans le cadre d’une médiation indépendante et neutre sur le Tchad.

Le seul conseil que nous donnons aux leaders de la rébellion tchadienne, est de leur dire de sortir de leurs illusions actuelles et se décomplexer  pour écouter les diverses tendances de suggestions et propositions faites par une panoplie d’intervenants nationaux à travers des réflexions en vue de les aider à se tirer de l’affaire.

Aujourd’hui, nombreux sont les observateurs nationaux et étrangers qui admettent que face à Idriss Deby, il n’existe aucune véritable force politique armée et non armée à même de le fléchir, l’espace médiatique animé par des cyberdissidents, est devenu le seul pôle d’attraction et des contestations politiques à un pouvoir délégitimé et dénoncé à travers des articles audacieux.

La rébellion tchadienne doit donc appréhender la gravité de la situation pour éviter d’être sacrifiée et décapitée totalement.

Makaila Nguebla