Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

arton6333-fd895.jpgAu Tchad, la résignation semble gagnée du terrain dans les rangs de la classe politique, de la société civile, des femmes, des  enfants, étudiants et autres ainsi de suite… complètement démobilisés.

Mais qu’est-ce qui explique cela ?


De notre point de vue, une large part de responsabilité face à cette démission,  incombe  à la  complicité manifeste de la France et des membres de la communauté internationale, qui, au non d’une hypothétique stabilité  au Tchad et dans la sous-région, sont pour le maintien au pouvoir du régime crapule de Deby, auteur des crimes économiques,  politiques et des violations massives  répétées des droits de l’homme les plus répréhensibles  dans le pays.


Aujourd’hui, visiblement les Tchadiens apparaissent complètement  épuisés, la plupart d’entre nous, ont jeté l’éponge pour se résigner et se soumettre  à la volonté du pouvoir  ou pire chercher à démotiver, décourager et démobiliser les autres qui ne renoncent pas aux contestations politiques.


Le drame tchadien est patent, la misère sociale est encouragée par un groupe de prédateurs des deniers publics, qui sont en même temps les tenants du pouvoir. Une tranche importante des populations tchadiennes ploie sous le poids d’une extrême pauvreté face à l’enrichissement illicite d’une opulence insolente d’autres.

Comment peut-on justifier que des fonctionnaires de l’Etat tchadien mènent-ils une vie rude dans leur propre pays ?


Pour appuyer notre réflexion,  lors d’un récent  passage à Dakar pour un séminaire, une jeune femme cadre de l’administration publique tchadienne, me confiait : « bien que employés de l’Etat, nous vivons comme si on était toujours des étudiantes, notre vie n’est pas du tout épanouie comme nos collègues étrangers ».

Au Tchad, il est vrai que la solidarité familiale est légendaire, mais il faut aussi souligner le gouvernement  n’a pas amorcé un plan de réduction de la pauvreté par la création d’emplois massifs afin d’absorber le  chômage chronique qui sévit sur l’ensemble du territoire national.


Cette stratégie de dépendance sociale est sciemment encouragée par les autorités  politiques du pays, qui  préfèrent  à ce que la l’écrasante masse populaire demeure tributaire  économiquement et socialement d’elles dans le souci  de  mieux les asservir et dompter


Devant un tel constat, nous sommes écœurés par le sadisme des dignitaires du
régime qui règnent en potentats et despotes  sur des sujets qui  ne savent pas  défendre leurs droits socio-économiques et politiques.

Pour décongestionner une telle situation totalement  abîmée, bloquée et crispée, il faut forcement une insurrection des consciences  de la masse.


C’est pourquoi, notre blog s’inscrit dans une dynamique des contestations politiques perpétuelles et l'insubordination absolue face à ce pouvoir qui ne mérite aucune considération de notre part.

 

Makaila Nguebla