Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

manifeste_footer.gif

 (G-CRAC)

Groupe des Citoyens à la Recherche d’Alternative Crédible

 

 

MANIFESTE CONTRE L’AUGMENTATION DES PRIX DES PRODUITS PETROLIERS

 

Monsieur le Premier ministre,

 

Les citoyens tchadiens qui vivent dans une paix relative, depuis seulement deux ans, n’aspirent qu’à réconforter cet acquis en cherchant les voies et moyens permettant de mener une vie meilleure. Hélas ! Chaque jour, ils sont contrariés. Ce désir de vivre en paix dans la dignité est bafoué quotidiennement par les actes que posent les pouvoirs publics. S’il est inutile d’énumérer les humiliations que vivent les citoyens et que la presse indépendante en fait  régulièrement écho, il n’est pas superflu de porter à votre connaissance le sentiment qui anime le citoyen lambda.

A l’injustice palpable qui a instauré des castes au sein des populations, s’ajoutent des décisions inconséquentes, irréfléchies allant dans le sens contraire du bien-être des citoyens. La goutte d’eau qui fait déborder le vase est sans nul doute l’augmentation vertigineuse des prix des produits pétroliers. Le ministre du Commerce et de l’Industrie a, sans rougir, pris un arrêté pour presque doubler les prix des produits de « notre raffinerie de Djermaya ».

Sans violence, mais avec fermeté, nous, Citoyens à la Recherche d’Alternative Crédible, vous demandons :

 

-          D’annuler purement et simplement cet arrêté du 14 octobre du ministère du Commerce et de l’Industrie, rendu public le 16 octobre ;

-          De fixer des prix raisonnables en tenant compte des intérêts des partenaires certes, mais aussi et surtout la précarité des ménages tchadiens ;

-          D’assurer le ravitaillement régulier et équitable de nos stations-service.   

 

Ces trois demandes sont d’autant plus fondées que la situation économique difficile que nous connaissons est le résultat d’une gouvernance qui frise l’amateurisme et qui nous place honteusement avant-dernier pays de l’Afrique, juste devant un état fantôme, la Somalie, selon l’indice Mo Ibrahim.

L’absence d’une réponse satisfaisante dans un délai n’excédant pas une semaine nous oblige à entreprendre des actions légales mais d’envergure.

Tout en espérant que cette expression de la volonté populaire de mieux vivre puisse retenir votre attention, veuillez croire, monsieur le premier ministre, à notre sens élevé de patriotisme.

 

 

 

Les signataires