Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

t5-1-.jpg

LETTRE OUVRTE AU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU TCHAD

Excellence Monsieur le Ministre, je me pose bien la question de savoir s’il faut vous féliciter ou compatir avec vous au sujet de votre nomination à la tête du département de l’enseignement supérieur sous le régime de DEBY. Car vous faites désormais parti d’un gouvernement d’un système politique hais par la quasi-totalité du peuple tchadien. Un système irresponsable qui ne fait qu’exacerber la misère de son peuple. Etant chrétien, je dirais que Dieu fait toute chose bonne en son temps et que toute autorité émane de lui. Je dirais aussi, si et seulement si vous décidez d’assumer pleinement vos responsabilités, que votre entrée dans ce gouvernement pourrait être salvatrice pour la jeunesse à  l’instar de  Esther qui fut élevée au palais du roi ASSUERUS d’Ethiopie comme reine à dessein pour sauver le peuple juif qui allait courir plus tard le risque d’être décimé suite au mensonge et au montage de HAMAN (confère le livre d’Esther de la bible). Si vous faites preuve d'honnêteté et de courage, vous pouvez faire du « temple de désespoir tchadien » (universités du Tchad) un « creuset de l’excellence ». La tâche qui vous attend dans ce département est colossale. Je me fais l’obligation d’intercéder au près du TOUT PUISSANT, pour qu’il vous dote de sa sagesse et de son intelligence et vous fortifie afin d’agir avec probité pour l’intérêt de tous les jeunes tchadiens qui ne vivent que du désespoir chaque seconde de leur vie. Ma prière est aussi que Dieu bascule le cœur du chef de l’Etat comme un courant d’eau afin qu’il change sa manière de faire et qu’il vous encourage dans le bon sens pour la grandeur de la nation tout entière. Je me dis si après vingt et un ans de règne Monsieur DEBY n’a rien fait pour sa jeunesse, ce n’est pas, humainement parlant, en trois ans qu’il peut faire quelque chose pour des gens qui en ont déjà marre de son système. Seul Dieu peut retourner la situation vu son omnipotence.

Ceci étant, Excellence Monsieur le Ministre, vous héritez d’un département complètement noyé. Vous devriez faire preuve d’une audace et d’un courage à part entière si vous voulez réellement servir votre patrie. Vous devez éviter les premières erreurs de votre prédécesseur notamment :

      Vous entourez des hommes sages, des patriotes, des gens qui peuvent aider à identifier les mauvaises herbes qui polluent votre champs afin de les déraciner pour permettre aux jeunes plants de biens se développer. Votre prédécesseur a choisi dès le début de sa mission de tourner le dos à tous ceux qui lui disaient la vérité, à tous ses conseillers. Il se croyait tellement suffisant qu’il a commis les pires bêtises que nul n’a encore commises dans ce département ;

      Si vous voulez réussir aussi, mettez au devant l’intérêt de la nation, transcendez vos intérêts personnels. Ne vous laissez pas influencer par votre cercle d’amis. Votre prédécesseur, enclin  au gain facile, a été très tôt embarqué dans le bateau de la corruption, du détournement de biens publics, de la gabegie. Et loin d’agir pour le bien de ce département, il l’a plutôt mis en lambeau.

Excellence Monsieur le Ministre, la jeunesse estudiantine attend beaucoup de vous.

Dans le domaine de l’enseignement, les enseignants constituent les premiers acteurs. Alors toute désorganisation en leur sein ne peut qu’être catastrophique pour la jeunesse. Débarrassez de ce ministère tous ceux qui ne sont pas enseignants par vocation, les enseignants aigris, tarés, incapables de ne produire un seul fruit de leur recherche, incapables d’assumer le volume horaire qui leur est assigné, incapables d’actualiser leurs cours. Il ne vous coûterait rien d’essayer de reprendre attache avec les enseignants de valeurs qui sont astreints à rester en exile, les compatriotes qui sont au Sénégal, au Burkina, en France, aux USA…. afin de rentrer pour former les jeunes. Il faudrait aussi mettre à profit les différents partenariats avec les universités sœurs pour faire venir les enseignants qui ont véritablement le profil requis afin de former les jeunes et relever le niveau de ceux qui sont déjà coptés pour dispenser les cours à l’université sans un bagage intellectuel suffisant et qui acceptent de s’améliorer, de grandir. Car une jeunesse mal formée est un véritable parasite enkysté. Investissez tout votre géni afin d’améliorer la qualité de l’enseignement pour rendre la jeunesse tchadienne compétitive sur le marché international. J’en appelle à votre bon sens en vue d’annuler toutes les mesures périlleuses pour notre département prises par votre prédécesseur. A savoir l’instauration de la géopolitique dans la sélection pour les différentes facultés et dans les différents concours, la proposition du nouveau règlement intérieur prévoyant des sanctions de 1 à trois années blanches à l’encontre des étudiants, juste pour légiférer le crime qu’il à commis contre nous oubliant que la loi n’est pas rétroactive et que le délais de l’obsolescence est de cinq ans en médecine et moins encore dans les autres filières.

En ce qui concerne la  situation sociale des jeunes étudiants, Excellence Monsieur le Ministre, c’est une insulte de la part du gouvernement et une honte pour nous que les étudiants, tous les cycles confondus, se voient octroyer une modique somme d’à peine  50 dollars mensuelle comme bourse de formation, alors que le coût de vie est tellement cher que cela ne peut suffire que pour se louer une chambre digne de nom à N’Djamena. Que pourraient acheter ces jeunes avec cette somme ? Pourraient-ils se doter d’un seul livre tout le long de leur formation ? Je suis vraiment écœurer que pour l’indigne bourgeoisie tchadienne, les jeunes qui ne foutent absolument rien du tout bénéficient des millions de pétrodollars comme bourse d’étude et vivent l’eldorado à l’extérieur. Je vous exhorte, à cet effet, à peser de tout votre poids pour faire augmenter substantiellement la bourse mensuelle à 120 dollars pour le premier cycle,  170 dollars pour le second cycle et 240 dollars pour le troisième cycle. Car je suppose que pour mieux étudier, l’étudiant a besoin, au minimum, d’un logement descend, d’une alimentation appropriée, d’une santé parfaite et des outils de recherche qui sont les livres et l’internet. La régularité de la bourse doit aussi être assurée. Il est inadmissible que les jeunes passent huit à dix mois sans bénéficier de leur bourse. Alors que parmi les closes des états généraux de l’enseignement supérieure, il ya les propositions pour assurer cette régularité.  Ainsi le souhait du chef de l’Etat d’avoir une jeunesse qui ose et qui a de l’audace deviendrait une réalité. Les bourses pour les formations post doctorales sont accordées chaque année. Mais la méchanceté des ainés fait qu’on préfère perdre cela que de le mettre effectivement au profit des jeunes qui le méritent. Nous lançons un appelle à votre endroit afin de l’exhumer et de l’octroyer aux méritants.

En ce qui concerne les œuvres universitaires, que les syndicats d’étudiants en soient vraiment associés à la gestion. Car nous remarquons qu’elles constituent une véritable vache à lait pour les locataires du rectorat qui entretiennent une relation d’escroquerie à grande échelle avec les sangsues qui se disent fournisseurs.

Vous ferriez aussi mieux de veiller à ce que le budget alloué à l’enseignement supérieur soit utilisé rationnel. Que toutes les lignes fictives des différentes facultés soient annulées au profit d’autres besoins réels. A l’exemple de l’argent alloué à l’entretient du laboratoire de la FACSS alors qu’il n’ya même pas une chambre de Petroff dans cette faculté. On aurait fait mieux de l’investir pour l’entretient du laboratoire de FARCHA.

Excellence Monsieur le Ministre, pour un début de carrière ministérielle, je ne saurais être si long avec vous. Je vous souhaite un grand succès pour l’intérêt de tous les jeunes et de la nation toute entière.

 

 

DINGAMTOLOUM TOBROME,

Ancien Président de l’Association des Etudiants en Médecine