Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

8d5d4dc6c45f9e88399bf1139d39_grande-copie-1.jpgAvec un  ministre de justice, de

moralisation et d’assainissements publics et

un secrétaire général (Abdoulaye Fadoul et Djamal Drimi), tous deux d’ethnie zakhawa, ces deux derniers peuvent-ils réellement traquer les délinquants financiers issus de leur ethnie ou vont-ils protéger leurs parents en faisant la chasse aux autres tchadiens comme ça a été toujours le cas ?

Autant des questions que posent les autres tchadiens.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Deby, les tchadiens n’ont jamais vu un zakhawa allé en prison pour détournement des deniers publics, bien qu’ils ont pillé l’administration publique et mis à sac plusieurs projets (DEMINAGE, ONDR, PNSA, ONASA, etc.). Ils sont aujourd’hui les plus nantis des tchadiens avec des villas en vrac et des véhicules des derniers cris. Presque la totalité des postes stratégiques et régis financiers du pays sont entre leurs mains et continuent à s’enrichir cupidement sans inquiétude. Jusqu'à date, tous ceux qui étaient accusés, humiliés et jetés en prison par le régime, étaient des tchadiens d’autres ethnies. Seulement deux  étaient arrêtés dans l’affaire du ministère de l’éducation nationale, puis blanchis après deux à trois mois à la maison d’arrêt bien qu’ils étaient au centre de l’affaire, bénéficiant d’une importante part.

Si ce ne sont pas des détournements, des pots de vin et corruptions comment expliquer l’enrichissement des ces petits farfelus qui sont à l’OTRT, des DAAFM des différents ministères et d’autres richissimes ventripotents. Nous n’avons pas besoin d’être des experts contrôlaires pour savoir leurs enrichissements illicites puisqu’aucun d’entre eux n’a hérité des biens issus de ses parents.

 

Si le président Deby veut réellement assainir l’administration il faut équitablement faire la chasse à tout le monde pour une justice juste. 


Abdel-Aziz