Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


M.Massalbaye Tenebaye,président de la LTDH

Massalbaye et Barka Michel, échappent à des tentatives d’assassinats !


Selon l’Organisation Mondiale contre la Torture (OMCT), la vie des défenseurs des droits de l’homme et des militants syndicaux , est en danger au Tchad.


M.Massalbaye Tenebaye,  Président de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) et M.Barka Miichel, de l’Union de Syndicat du Tchad(UST), auraient été traqués par des hommes en armes qui les suivaient  au sortir de leurs bureaux.


Ces deux hommes qui dirigent des organisations de défense des droits humains et des causes syndicales, auraient donc échappé à des tentatives d’assassinats physiques contre leurs personnes,  orchestrées par la police politique du régime en place.


Au Tchad, il va sans dire que la situation des droits de l’homme est extrêmement inquiétante, mais cela se passe dans un anonymat international total et un black out-médiatique sans commune mesure.


Selon certaines sources, la France serait responsable de  cet isolement international du Tchad.

Aujourd’hui, il a fallu que les responsables des associations de défense des droits de l’homme et syndicales, soient la cible du pouvoir,  pour que les organisations au plan international s’élèvent, réagissent et dénoncent énergiquement les violations récurrentes des droits de la personne dans le pays.


Pendant ce temps, plusieurs citoyens anonymes, paient régulièrement les frais de ces  violations répétées voire  massives de droits humains.


Il est temps que les dénonciations au plan international,  soient proportionnelles  déséquilibrées  au Tchad, pour le simple fait que  la vie de tous les citoyens, mérite le même traitement en terme de protection.


Par contre, du côté du pouvoir, le ministre de la communication, M.Mahamat Hissein, affirme qu’ils sont victimes d’une cabale des ONG au plan international. Car dit-il, qu’au Tchad, aucune personne n’est en danger. Il y ajoute aussi que compte tenu de la cherté de vie que connait le pays, les responsables associatifs inventent tout pour chercher des financements auprès des partenaires étrangers.


Pour nous autres observateurs nationaux de la situation sociopolitique au Tchad, il convient de souligner que les organisations locales de défense des droits de l’homme, ont fait preuve de leurs limites  ces dernières années  ce qui a amplifié et intensifié les multiples atteintes aux droits humains qui s’abattent  dans le pays et  n’épargnent personne.


Par ailleurs, on n’est  pas surpris par les réactions de plus en plus arrogantes des autorités tchadiennes, zélées.


Tant qu’au plan local,  les ONG,   continuent à faire les yeux doux à un régime qui s’affirme par une logique répressive, la situation des droits de l’homme au Tchad, restera préoccupante et les citoyens ordinaires comme les leaders associatifs, subiront le même châtiment  d’un pouvoir totalement  liberticide.


En même temps, Il  est  demandé aux organisations internationales œuvrant dans le domaine de défense des droit de l’homme et intervenant sur le Tchad, de bien vouloir aller au-delà des  simples dénonciations mais  plutôt de prendre des sanctions  et des résolutions fermes contre le régime en place incarné par Idriss Deby et les siens. Elles doivent aller au bout de leurs logiques que de se limiter aux déclarations de principe. Car, l’heure est grave !

 

Makaila Nguebla