Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

logo

ASJDH

Siège Social : Avenue Taïwan. Rue 7751

(A 700m du Rond-point du pont à double voie en  allant vers le rond-point 10 Octobre)

BP : 2829.

Tél : (+235) 66 29 78 78  /   77 29 78 78  /   99 29 78 78

 Email : asjdh44@yahoo.fr

N’Djaména-Tchad

Réf :……….../ASJDH/013

 

                           Communiqué de Presse


L’Association Sociale des Jeunes pour la défense des Droits Humains regrette amèrement la qualité de travail de nos douaniers qui jonchent les avenues liant les trois (3) ponts à savoir : le pont de N’Guéli, le pont à double voie et le pont de Chagoua.

            En effet, ces douaniers sans la moindre notion, se croient superpuissants. Dans leurs courses diaboliques, ils ne respectent ni la population, ni le cortège ministériel. Lors de leur marathon contre les voitures des fraudeurs des grands calibres, les vieillards, les femmes enceintes et les enfants  sont les plus souvent aplanies sur le goudron sans en être inquiété et demeures introuvables !

 Ces douaniers qui interceptent n’importe  où et n’importe comment les voitures des fraudeurs bonnets blancs, blancs bonnets, eux aussi armés jusqu’aux dents, rendant les autres usagers de la route victimes des barricades douanières. Ces usagers sont punis d’attendre pendant un long moment de négociations  ou simples causeries dans leur dialecte.

Cependant, l’ASJDH demande au Ministre de   tutelle de passer au contrôle systématique  général de tous les douaniers afin de déceler et épargner les bons des mauvais grains.

Ensuite, faire une formation de recyclage à ceux qui seraient retenus dans l’intérêt de la population. Enfin, la prise prompte d’une décision ferme réglementant les bases et positions stratégiques des douaniers sur la route de N’Guéli seraient un ouf de soulagement en faveur de  la population de N’Djaména.

 

Le Président

Pando Eric Hervé