Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

deputes.JPG

 Après le dépôt de cette lettre au cabinet du Président de l’Assemblée, le Président de la République prend nuitamment un décret rectificatif de celui dont la régularité et la  légalité sont contestées par les députés Ngarlejy Yorongar et Néatobeï Bidi Valentin ci-dessous et les Groupes de l’UNDR et l’URD par leur déclaration écrite.

 

Ce nouveau décret  entraine, ipso facto, une nouvelle procédure à savoir une conférence des présidents. Cette conférence des présidents devrait intervenir au plutôt 48 heures après la distribution des propositions des lois et ceux, conformément à l’article 57 du Règlement Intérieur. La délibération est conditionnée respectivement le fait de porter à la connaissance de ces propositions à la connaissance des Députés par le Président de l’Assemblée Nationale et par la distribution préalable du rapport de la Commission permanente compétente (article 58 du Règlement Intérieur). Après tout cela que la discussion a lieu trois jours après la distribution (article 105 du Règlement Intérieur). Aussi le non-respect de l’article 130 de la Constitution relevé dans la requête des intéressés annule toute la procédure.

Mais le MPS et le Gouvernement opèrent un forcing pour faire adopter cette  proposition de loi Constitutionnelle dite de la liquidation de la pseudo démocratie que brandit le régime pour se laver la conscience auprès de la communauté internationale. S’agissant de la proposition de loi portant mutilation du pouvoir judiciaire, il n’y a rien à dire.

Le Ministre Secrétaire Général, un repris de justice de son état fraichement sorti de prison pour vol se permet d’injurier les députés élus par le peuple comme s’il s’adresse aux députés décrétés.   Ce larcin aux petits pieds se doit de se regarder plusieurs fois dans le miroir avant de se permettre de telles provocations.

  Devant ces injures proférées par le Secrétaire Général du Gouvernement  avec la complicité du  Président de l’Assemblée, les députés de l’opposition ont quitté la salle

 

Lire, ci-dessous, l’appel au respect de la Constitution et au Règlement intérieur.