Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

6a00e54f9b8373883400e553cf64058834-800wi 

 

                                        Me Padaré serait né en 1967 à Guébanné – Léré, région du sud du Tchad.


Son père Daniel abandonna sa mère Matalé avec 5 jeunes enfants pour vivre avec une blanche en France, à Orléans où il est allé poursuivre ses études supérieures depuis les années 1972 . Cette femme l'obligea à divorcer de la mère de Jean Bernard, ce qu'il est revenu faire officiellement en sa compagnie, à Léré. Après deux années de droit à l'université de N'Djaména, Me Padaré, a poursuivi ses études universitaires chez son père en France. Il y entretenait des relations exécrables avec l'épouse de son père qui l'incita à rentrer au Tchad après ses études, de peur qu’il amène en France sa mère Matalé (1ère épouse de son père).


Dévoré en son intérieur, Me Padaré se donna le défi de réussir sa carrière et prouver  à son père, qu’il a fait un mauvais choix en les abandonnant.
Il s’est inscrit, malgré lui,  au barreau de N’djaména, il y a 15 an environ, et a tout mis en œuvre pour arriver à ses fins pour se faire remarquer. Il y arrive finalement. On lui reconnait un certain talent, fait surtout de bagout et de tchatche, et il devint l'avocat de grandes sociétés qui lui permirent d'amasser rapidement de l'argent. Il acheta un appartement de 5 pièces à Orléans où il logera plus tard sa famille.
D'année en année, il tisse sa toile de relations grâce à un certain succès professionel et aussi, à un parrain politique qu'il défendait becs et ongles, parce qu'il le considérait alors comme le meilleur homme politique tchadien. Aux côtés de Saleh Kebzabo, il participait à toutes les rencontres de réflexion de l'UNDR, et son avis comptait souvent. Ila su conquérir la confiance de son mentor en se réclamant du socialisme, ajoutant même qu'il a milité au sein de la jeunesse socialiste à Orléans. Il profita naturellement des relations intérieures de M. Kebzabo dont il a été le conseil à certaines occasions.


En fait, il admirait autant Kebzabo qu'il le jalousait en son for intérieur, et c'est ainsi qu'il construisit une inimitié intérieure qui s'exprime aujourd'hui, au grand étonnement de tous. Car il avait table ouverte dans la famille et ne s'annonçait jamais pour venir partager un repas c'était véritablement "l'enfant de la famille" dont le père ne se méfiait jamais.
Progressivement et au fur  et à mesure de son ascension, on le vit se rapprocher rapidement de Déby. C'est à la faveur de l'affaire de l'Arche de Zoé en 2008 qu'il se fraya les faveurs présidentielles. Il s'est fait le défenseur de plusieurs parties françaises dans cette affaire, et il s'ouvrit d'autres horizons dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. Mais ces relations ne durèrent pas, les hommes du président français ayant vite senti sa duplicité. Ainsi, après la guerre de N'Djaména, il réussit à évacuer en France quelques enfants, ainsi que l'une de ses épouses coutumières qui y vécut dans l'illégalité, n'ayant pas pu obtenir de renouvellement de son autorisation de séjour.


Persévérant, Me Padaré finit par obtenir, grâce entres autres le soutien de Reedy Brody de Human Righe Watch, un droit d'asile à sa compagne promue déjà à la garde de cinq enfants, dont trois d'une autre femme. Le subterfuge juridique consistait à lui faire élire domicile à son adresse à Orléans, 9 rue Lazare, et à lui donner l'autorité parentale sur les enfants. Le tour finit par aboutir à la décision de l'OFPRA en date du 29 juin 2011.


Avant d'obtenir le droit d'asile à sa compagne, Me Padaré a joué à l'opposant: ses relations avec Kebzabo, "Tonton" Ibni Oumar Mahamat Saleh qu'il connut à Orléns, ses coups de gueule au barreau, ses relations avec les défenseurs des droits de l'homme au point qu'il faillit diriger la Ligue tchadienne des droits de l'homme...Puis, comme Kebzabo, il créa un journal, La Voix, qui s'illustra par ses démêlés avec l'ancien Premier ministre oussouf Saleh Abbas dont il obtint la tête auprès de Déby. Le sésame de ses entrées chez Déby sont le journaliste Abba Ali Kaya qui fut un agent de la DDS de Hissein Habré, Ismael Chaibo, ex-directeur général de l'ANS (DDS nouvelle formule), Daoud Hamid, DG de la Banque commerciale du Chari et gendre de Déby, ainsi que d'autres Zaghawas aussi obscur qu'indélicats qu'il fréquente assidument.
Ces dernières années, il n'avait qu'un obsession: entrer au gouvernement, puis devenir Premier ministre et, pourquoi pas, Président de la République. Il a ainsi constitué un dossier en béton gardé en lieu secret qu'il pourrait sortir un jour pour livrer Déby au TPI... Déby et Nadingar sont prévenus!
C'est dans cette logique que son nom apparition  dans le dossier Hissein Habré comme défenseur de l'Etat qui en avait déjà, le célèbre et talentueux Me Philippe Houssiné, moundang comme lui. Ces deux-là s'exècrent au point que Kebzabo tenta un vaine conciliation chez un autre avocat moundand, le doyen Amady Nathé. Le calumet ne cessa de fumer que le temps de la rencontre...
Me Padaré pour qui suit son ascension et devint l'avocat de la famille Déby dans le procès de juillet dernier en France des présumés assassins de Brahim Déby, puis il finit par enter au gouvernement en aout 2011.Depuis, il dévoile une de ses facettes de l'homme pour qui la fin justifie les moyens. Dans les milieux du barreau, ses frasques ont plus qu'agacé ses confrères qui saluèrent son entrée au gouvernement comme un bon débarras. Car il avait maille à partir avec tous ses collègues. Pédant, vantard et méchant, il est capable de tout pour réussir un coup. Ses nombreuses maitresses dans le milieu judiciaire et ailleurs en est une preuve: il n'a pas, à son âge, moins d'une quinzaine d'enfants dont une dizaine à l'école primaire ou secondaire.


Voulant donner à ses enfants une bonne éducation scolaire, il a vite compris qu'il ne pouvait pas en supporter la charge à l'Ecole française de N'Djaména où la charge annuelle par enfant est de l'ordre de 3000€ par enfant et par an. Le statut de réfugié  obtenu à la dame Manie Ndoungaba lui permet de profietr de l'assistance sociale française environ 15 000€ par enfant et par an. Il nourrit donc le désir d'envoyer d'autres enfants à Orléans, mais Manie Ndoungaba ne eut plus consacrer sa vie à élever d'autres enfants que les siens, mais si elle bénéficie d'une pension constituée par son salaire de fonctionnaire tchadien qu'elle continue de toucher.
Tel est l'homme qui défraie la chronique depuis quelques semaines. Pour exécuter le parricide contre Kebzabo, Déby lui a donné sans compter: plus d'un milliard de francs cfa, dont une bonne partie s'est volatilisée dans des vols aussi curieux l'un que l'autre. A la faveur d'un incendie bizarre dans l'un de ses maisons où habitait sa compagne rwandaise avec qui il a un enfant d'une dizaine d'années, il n'a pas hésité à l'accuser d'avoir subtilisé trois cent millions de francs! Puis ils finirent par passer un accord de dupes qui permit à la rwandaise de sortir du Tchad le 23 décembre 2011 "pour ramener l'argent sorti par un oncle", et ne plus revenir!
La semaine dernière, nouvel aveu politique: Me Padaré dirige la mission Mps dans le Mayo Kebbi, sa région, pour les élections communales. Depuis une dizaine de jours, celui qui disait ne détenir aucune carte de parti politique est devenu le meilleur agent de propagande du parti au pouvoir. Au grand dam des anciens militants relégués au second rang. Dès l'arrivée de la délégation à Léré, il déclare la perte d'une mallette contenant les sous de la campagne. Et curieusement, la dame Manie Ndoungaba fait son apparition par le Cameroun d'où elle est entrée son formalités au Tchad, tout visa tchadien sur son document de voyage la mettant en porte à faux avec son statut de réfugiée politique.
A propos de ce statut, l'on s'interroge d'ailleurs sur la facilité avec laquelle l'OFPRA octroie le droit d'asile. En l'espèce, il s'agit d'une femme non mariée légalement mais attachée à un homme qui finit par entrer au gouvernement. Où donc est la menace qui pèserait sur Me Padaré qui a du mettre sa famille à l'abri de la terreur de Déby? La Voix?  Le journal l'a perdu depuis plusieurs et Déby a effacé ses dettes de plus de 80 000 000cfa. Ses accointances avec le régime sont telles qu'il a obtenu, il ya deux ans, un crédit de plus de 200 000 000cfa pour monter une agence de transport par bus qui bat de l'aile, les moundangs ayant décidé de la  boycotter depuis que Me Padaré a été "banni" par sa communauté.
Sur le terrain politique de Léré, il est devenu le meilleur agent de Déby pour abattre, en clair comme au figuré, son ex-mentor Kebzabo. Il y est chaque week end, dépensant sans compter, et a engagé de nombreux chantiers de constructions d'écoles et de forages d'eau. Sans compter les espèces distribuées un peu partout. Le projet de levée de l'immunité parlementaire de l'opposant Kebzabo? C'est lui. La Plainte de la veuve du chef assassiné de Matta? c'est lui. L'interview de la veuve dans un journal de la place? C'est encore lui. Mais la dame ayant mal retenu ce qu'elle dire, dévoila qu'elle a rencontré le Président Déby en présence de Kabadi, président de l'assemblée nationale et par ailleurs président de la commission ad hoc qui doit statuer sur la levée de l'immunité parlementaire du député.


L'opinion tchadienne a suivi avec intérêt la campagné électorale de Léré et attend de voir qui va gagner ce combat mené contre Kebzabo par Déby, par Me Padaré interposé. Le 22 janvier en effet, auront les élections communales et pour Me Padaré qui n'est pas candidat, c'est une question de vie ou de mort...Déby attend le résultat promis et en a payé le prix, sinon... Quant à Kebzabo, c'est son avenir politique qui est en jeu. Le tout récent Chef de l'opposition politique du Tchad, s'il perdait cette élection, risque de compromettre son avenir politique. Mais ne dit-on pas que l'avenir d'un homme politique ne se joue pas que lors d'un scrutin seulement?


Me Padaré a perdu toute sa crédibilité si jamais il en avait réellement une ette affaire de sa compagne réfugiée politique va-t-elle le handicaper? ceux qui le connaissent disent qu'il pourrait répondre à Déby, s'il lui en posait la question, qu'il n'est pas comptable des agissement d'une femme qui n'est pas son épouse légale. Tout comme il pourrait répondre aux Français que Déby l'a attiré dans un traquenard en le nommant ministre pour le mettre à nu, et que s'il refusait il se mettrait en danger au Tchad.
Sacré Me Padaré, comment finira-t-il? wait and see...


En tant que Ministre, il se préparerait à remplacer prochainement Nadingar. Il serait même entrain de constituer un dossier en béton pour livrer au TPI  Itno et ainsi devenir le président de la république.