Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Cabinet médical
Martin
Eviter le Cabinet Médical La Sauvegarde du Dr MBaiong Malloum

Ces derniers temps beaucoup de nos compatriotes ont pris plaisir de se faire soigner dans les cabinets et cliniques médicaux pour plus d’attention par rapport aux hôpitaux publics.

Si beaucoup de ces services publics soulagent mieux, certains aggravent les maux des patients. C’est le cas du cabinet médical La Sauvegarde dont le propriétaire le Dr Mbaiong Malloum a référé, un simple cas qui l’a dépassé, au pavillon des urgences en septembre dernier. La malade avait un ballonnement du ventre que notre docteur a diagnostiqué comme une cirrhose. Il a tenté d’enlever les eaux en vain. Après avoir incisé la malade, notre gynécologue n’arrivait pas à enlever les eaux. Sous le regard des parents de la malade, il transpirait et tremblait en même temps. Après plusieurs tentatives infructueuses, il décide de mettre juste un sparadrap sur la plaie béante et demande aux parents de la malade de l’amener aux pavillons des urgences.

Arrivée aux pavillons, les agents de santé étaient en courroux contre les parents de la patiente en voyant le papier de référence. « Vous aimez trop vous rendre dans des cabinets médicaux, voilà pour un simple geste, que même un infirmier ferait de manière impeccable, vous avez fait martyriser votre fille pour rien », s’emporte un médecin interne. Un autre agent exige aux parents de la patiente de la ramener chez le médecin qui lui a fait cela, car personne ne la prendra en charge ici. Il a fallu que les parents de la malade supplient ces agents avant qu’ils acceptent de soigner la malade. Ayant peur que l’état de santé de la patiente s’aggrave, notre médecin a envoyé sa secrétaire visiter la malade référée pour s’enquérir de son état. Hospitalisée pendant quelques jours à HGRN, la patiente était sortie guérie.
Un baministe qui s’est confié au cabinet pour ses soins, s’est vu administrer de traitement contre indiqué à sa maladie. L’épouse de ce baministe jure que pour rien au monde, sa famille repartira dans ce cabinet en cas de maladie.

Le cabinet La Sauvegarde est comme le cabinet Mélina du Dr Rimtémbaye dont la plupart des opérés se retrouvent 2 mètres sous terre. C’est la course à l’argent qui préoccupe ces patrons et non la santé des clients. Cette course effrénée aux espèces sonnantes amène le gynécologue MBaiong Malloum à se spécialiser en avortement pour se faire de sous. Selon l’une de ces employés licenciée, il a fait un grand trou dans l’ancien local de son cabinet où il met les fœtus qu’il enlève, même les fœtus de 7 mois. Si bien qu’il a transformé cette maison d’un frère à Kassiré Coumakoye, qu’il louait à un cimetière des enfants. Aussi cette logique l’a poussé à faire passer de communiqué dans des églises protestantes dont il est membre, pour proposer aux fidèles de soumissionner à une certaine assurance maladie afin de bénéficier de réduction sur les frais de consultation dans son cabinet. Notre médecin à la retraite cherche argent par tous les moyens. Il a ouvert aussi un dépôt de vente de bière.

Enfin, Dr MBaiong Malloum se dit titulaire d’une agrégation en médecine et se fait appelé pompeusement par certains ignares, professeur. S’il était effectivement professeur pourquoi n’intervient-il pas à la FACSS ? C’est sûrement une agrégation made in URSS fictive comme le doctorat d’Abba Dana, ancien recteur de l’Université de N’Djaména, destitué pour n’avoir pas pu fournir son doctorat au ministre de l’enseignement supérieur.

Un agent de santé de HGRN.