Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Dr Djimé Adoum

Nous avons passés deux petites semaines au pays des Sao pour le décès de notre chère maman (paix à son âme).  Comme il est de coutume, les places mortières offrent une occasion pour renouer avec les parents et amis que nous n’avons pas vu de longue date.  Ce forum offre aussi l’opportunité de débattre une multitude de sujets d’ordre social, politique, et économique.  Bien que beaucoup de sujets intéressants aient été débattus, celui lié à la consommation du Tramol a retenu notre attention.  Notre choix a été motivé par le fait que la circulation devient de plus en plus dense à N’Djaména et les motocyclistes ont une manière particulière de se faufiler parmi les véhicules.  Nous nous sommes posé un certain nombre de questions par rapport à ce comportement et étions surpris par les réponses multiples telles que : c’est monnaie courante, les accidents mortels sont fréquents, beaucoup de personnes en prennent.  C’est l’effet du Tramol, nous rétorquaient ceux qui avaient bien voulu répondre à nos interrogations.

 

 Au vu de ce constat et l’impression que nous avons par rapport au danger de route, nous avons voulu en savoir un peu plus.  D’où la motivation pour cet article.  Voyons ensemble de quoi s’agit-il ?

 

Le Tramol – selon le Dr. Wandji qui s’est prononcé sur ce médicament dans un article écrit sur www.bonabri.com sur les dégâts causés par la consommation du Tramol au Cameroun: «Ce médicament, qui n'est pas un générique, est d'origine douteuse et sa prise régulière peut entraîner une overdose. Son équivalent en pharmacie est le Trabar, fait à base de Tramadol qui est un analgésique, vendu uniquement sur ordonnance médicale. Le Trabar est également très consommé ces derniers temps, sans doute ont-ils découvert son action euphorisante… " »

 

Le reste du récit se fait sur la base du Tramadol qui est l’équivalent en pharmacie du Tramol.  Selon les sources pharmacologiques, ce médicament a pour principe actif la diminution de la   douleur en bloquant les influx nerveux.  Le médicament est dispensé sur prescription d’un médecin.  Mais il s’est avéré que le médicament est disponible un peu partout et s’obtient par les réseaux des narcotrafiquants.  Le Tramadol possède des effets secondaires très sérieux parmi lesquels nous pouvons citer : somnolence, vertige ; nausées, difficultés respiratoires.  A ceux-là s’ajoutent d’autres effets tels que : hallucinations, constipations, euphorie et troubles visuels, accélération du rythme cardiaque, etc.

 

Aujourd’hui, beaucoup des gens en consomment y compris certains motocycleurs.  Mais il faut noter que à l’avance que ce ne sont pas seulement les motocycleurs qui en consomment.  Nous disons tout simplement que c’est le comportement des motocycleurs en pleine circulation qui a attiré notre attention.  Selon certains témoignages ce médicament est consommé en grande partie par  les « clandomen » terme utilisé pour ceux qui utilisent les motos comme moyen de transport clandestin - comme moto taxis.   Selon ce témoignage, les clandomen l’utilisent pour braver les « difficultés quotidiennes liées à leur occupation hasardeuse et leur fait gagner du temps. »  Peu importe le risque que cela peut occasionner dans la circulation.  D’autres témoignages rapportent aussi que le médicament est utilisé par les paysans en guise de fortifiant.  Selon ce témoignage, l’utilisation du médicament stimule le producteur de labourer pendant de très longues heures sans se sentir épuisé parce qu’il est sous influence.  D’aucuns rapportent que les consommateurs tombent malades après que les effets se seraient dissipés.   Pour se relever, il faudra encore prendre quelques comprimés.  Cela crée une évidemment une dépendance sans laquelle les consommateurs éprouvent de sérieuses difficultés.

 

Des jeunes de 15 ans en prennent aussi pour oublier leur problèmes sociaux, surtout ceux liés au manque d’emploi, et parfois le mal entendu dans la famille.

 

Le phénomène semble prendre aussi de l’ampleur dans les régions du lac Tchad et du Kanem.  Selon le reportage de la Radiodiffusion Nationale Tchadienne, des  trafiquants ont été appréhendé par les autorités compétentes dans le lac Tchad avec des quantités énormes de toutes sortes des stupéfiants.  Le phénomène est aussi signalé dans les zones méridionales du pays.   

 

Quelles sont donc les conséquences de ce fléau ?  Et quelles seraient les mesures à prendre pour le  combattre ?  Nous y reviendrons dans nos prochaines colonnes.