Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

tramadol 2 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Dr Djimé Adoum, tchadnews.info   
19-12-2009


Nous reprenons notre article conformément aux questions que nous nous sommes posées dans la première livraison pour focaliser nos efforts sur l’utilisation du Tramadol.  Nous reviendrons sur les conséquences dans les prochaines colonnes.


Nous disions que la consommation du Tramadol (équivalent pharmaceutique du Tramol) a des effets secondaires très sérieux parmi lesquels nous citons: somnolence, vertiges, nausées, difficultés respiratoires.  A ceux-là s’ajoutent d’autres effets tels que : hallucinations, constipations, euphorie et troubles visuels, accélération du rythme cardiaque, etc. 

 


Selon plusieurs témoignages qui nous sont parvenus, le Tramadol ou Tramol communément appelés « Tra »  est consommé pour de multiples raisons.  Certains le prennent contre la fatigue et comme l’a rapporté un lecteur sur un commentaire posté sur le blog de Makaila :

« Au début, il était généralement pris par ceux qui quotidiennement ont affaire aux travaux physiques comme les dockers (attala) ou encore les tracteurs de pousse-pousse (Siadal pouss)»  D’autres le prennent pour s’évader des soucis socio-économiques ou par curiosité pour « tout simplement tester » les effets du Tramadol.  De toutes les manières, la prise de ce médicament en dehors de son usage medical entraine des conséquences tres dangereuses pour ceux qui en consomment.  

 

Voici les quelques témoignages que nous avons recueillis lors de notre séjour au bled quand nous avons abordé le sujet du « Tra » :

1.      « Une connaissance qui était sous l’effet du tramol, a poignardé son meilleur ami. »  Selon ce témoignage, l’auteur du crime n’était pas du tout au courant de ce qu’il faisait. Témoignage recueilli sur le blog de Makaila

Témoignages recueillis à Ndjamena

2.      Un motocycleur qui a remorqué un vieillard lui posa la question de savoir si le vieillard connaissait l’enfer ou la mort.  Le vieillard répondit n’avoir aucune idée.  Le conducteur de la moto lui répondit qu’il allait montrer l’enfer au vieillard.  Il fonça sous une semi remorque et y laissa sa peau.  Le vieillard a survécu à l’épreuve et a raconté la mésaventure quand il a retrouvé sa santé.

3.      Un autre rapporte qu’un conducteur de moto trouva plus opportun de passer sous une semi-remorque au lieu de patienter et laisser passer le gros porteur.  Il demanda au vieillard qu’il remorquait de tenir bien parce qu’il allait passer sous le gros porteur pour sortir de l’autre coté.  Le vieillard lui accorda son approbation ne sachant pas que son conducteur était sous l’effet du « Tra ».  Ce fut chose faite et le jeune a perdu sa vie (nous vous épargnons les détails). 

4.      Un autre ami rapporte que son parent s’est noyé dans un fleuve à cause de l’influence du « Tra ».  Pourtant le défunt était spécialiste de la natation et n’aurait eu aucun problème pour traverser tout le fleuve s'il etait en possession de toutes ses facultés.

 

Rappelons aussi et bien que la consommation du « Tra » est très néfaste, toutes les conséquences liées à la prise du « Tra » ne sont pas mortelles.  Il y a quelques unes qui peuvent faire rire un tout petit peu.  Nous ajoutons que quelque soit la nature de l’action liée aux effets du « Tra », il n’est pas du tout bon de consommer ce produit.  Voici quelques conséquences qui ne sont pas mortelles mais qui fâchent quand on considère l’état d’esprit du consommateur : 

5.      Un autre témoignage rapporte que le « Tra » entraine de sérieuses perturbations au niveau du transfert des bagages des voyageurs.  Selon ce témoin, les manutentiers qui sont sous l’influence du « Tra » mélangent la destination des bagages à la gare.  Il leur est arrivé à maintes reprises de ranger les bagages des voyageurs qui vont à Bongor sur la destination d’Abéché et vice-versa.  En d’autres termes, vous risquez de vous retrouver à Abéché sans valise ni bagage.  Imaginez le manque que cela pose.


6.
      Un consommateur roule à moto devant une porte ou sont assis des amis.  Il revient plus tard et n'ayant pas de toutes ses facultés, il avait voulu enfoncer le mur où ils sont assis.  Les jeunes gens l’empêchent de se casser la figure.  Cette action l’énerve.  Ce dernier est irrité parce qu’il estime que le mur n’était pas là quand il passait il y a quelques moments.  Il se demande pourquoi les gens érigent le mur sur son passage. Après moultes tentatives, les amis ont compris qu’il avait la tête en l’air.  Ils lui ont signifié qu’il avait raison et que le mur venait juste d’être érigé.  Il s’en est réjoui et s’estimant avoir eu gain de cause, il rebroussa chemin et évita de se casser la tête.    


7.
      Enfin vint le tour de celui qui est très poli.  Ce récit nous signifiait qu’un consommateur du « Tra » passait devant la maison de son oncle et voyant les gens assis devant la maison, il s’assied par terre pour saluer les compagnons de son oncle.  Ceux-là ne s’en revenaient pas du respect profond du neveu de leur ami.  Un jour viendra ou il n’y avait personne devant la maison mais des chèvres qui se reposaient.  Notre consommateur qui passait au même moment s’inclina devant les chèvres pensant que c’étaient les amis de son tonton.  Il ne pouvait même pas faire la différence entre chèvres et personnes.  En d’autres termes, bonnet blanc, blanc bonnet.  Faculté en l’air et tant pis pour ceux ou celles qui s’inquiètent de son sort.

 

De tout ce qui précède, nous pouvons conclure que le « Tra » entraine des conséquences très graves, occasionnant des morts et des pertes socio-économiques très sérieuses.  Que font les autorités compétentes pour lutter contre ce fléau ?  Quelles seraient donc les mesures à prendre pour renverser la tendance et éduquer la population sur les effets néfastes liés à l’utilisation de ce médicament dévastateur ? A suivre dans les prochaines colonnes…

Continuez la lecture ici