Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

debyeufor.jpg

Tchad : la mise au point de Ndjamena sur l'absence de Déby au dernier sommet de la Francophonie

 

Au Tchad, la présidence fait une mise au point sur l'absence d'Idriss Déby du dernier sommet de la Fancophonie. Dans un communiqué, elle affirme que sa présence en Guinée Equatoriale, au moment de la rencontre de Kinshasa, s'est faite « en réponse à un engagement pris bien avant le 12 octobre ». « La Francophonie n'a pas été négligée pour autant, ajoute le texte, « puisque le Tchad a été représenté par le Premier ministre au sommet de Kinshasa ». Que faut-il en penser ?

En se rendant en Guinée Equatoriale pendant le sommet de la Francophonie, Idriss Déby Itno a-t-il voulu manifester son mécontentement notamment après le report d'un rendez-vous prévu avec François Hollande le 8 octobre dernier ?

Une source proche du dossier explique : « Une semaine avant la date prévue, on nous a dit que François Hollande était trop occupé pour recevoir le président Déby. C'était inhabituel et surprenant, vu le rôle du Tchad dans les dossiers régionaux ».

« Au début, poursuit cette source, le président Déby devait aller au sommet de la Francophonie, mais il a finalement 'préféré' se rendre au 44e anniversaire de la Guinée Equatoriale ».

Un observateur de la scène politique tchadienne confirme le malaise : « Depuis l'arrivée des socialistes, il y a une méfiance qui s'est installée. Le fait de décaler le rendez-vous du 8 n'a fait que la renforcer ».

Dans la mise au point publiée hier soir, la présidence tchadienne explique de son côté l'absence d'Idriss Déby de Kinshasa par le simple respect d'un engagement pris « bien avant ».

Un interlocuteur proche du pouvoir cherche lui aussi à calmer le jeu. « Le président Déby a préféré assister à l'anniversaire d'un pays qui répond à chacune de ses invitations. Cela prouve seulement, dit-il, que nous avons une relation 'normale' avec la France »

 

Source: Rfi