Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

images-copie-31

Depuis quelques jours, les observateurs les plus éclairés sur le dossier tchadien, accordent  un intérêt particulier  sur  les actes  majeurs que pose  M.François Hollande, président de la République française dans le respect de la parole donnée à propos  de la  rupture désormais irréversible  dans les relations franco-africaines  en général.

En effet, le discours du Chef de l’Etat français prononcé le 12 octobre dernier devant l’Assemblée sénégalaise vient à point nommer réconforter des millions d’Africains qui aspirent à ce que les portes soient closes sur les officines  obscures  et la nébuleuse françafrique qui endeuille, pille, ensanglante et dépeuple le continent noir.

S’il faut ramener le débat sur le cas du Tchad, nous nous intéressons au dernier développement de la situation socio- politique, diplomatique et judiciaire.

Sur le plan  sociopolitique, le régime d’Idriss Deby butte à un  camp du refus intersectoriel  qui s’élargit à tous les travailleurs et des forces vives de la nation qui s’organisent à tous les niveaux.

Sur le plan diplomatique, les relations entre Ndjaména et Paris se cristallisent de jour en jour avec des nouvelles exigences qui agacent Idriss Deby désormais isolé aussi bien en Afrique centrale et de l’Ouest.

En Afrique centrale, les ténors comme Paul Biya et Ali Bongo ne pardonneront  jamais à Idriss Deby sa traitrise  d’avoir privilégié la candidature sud-africaine au détriment de celle de Jean Ping à la tête de la Commission de  l’Union africaine.

En Afrique de l’Ouest, Idriss Deby a espéré faire de la crise malienne une aubaine pour réintégrer les rangs de la communauté internationale. Il  a été stoppé  net et de justesse  dans ses ambitions d’intervenir au Mali en contrepartie  des retombées pour redorer  l’image avilie et dépréciée  de son  pouvoir contesté.

Tous les Chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest privilégient des forces de la sous-région et ne sont pas motivés de voir les troupes tchadiennes intégrer la coalition militaire internationale en préparation  pour  intervenir au Mali.

Sur le plan judiciaire, le contentieux qui oppose le pouvoir d’Idriss  Deby à la famille d’Ibn Oumar Mahamat Saleh, reste d’actualité et constitue un point essentiel pour les nouvelles autorités françaises  qui en ont fait une des priorités de leur agenda dans leurs rapports avec Ndjaména.

Tous ses éléments d’appréciations réunis concourent inévitablement  à fragiliser le régime en place.

Idriss Deby n’a aucun moyen de pression à exercer sur le Président Hollande dont le style pragmatique est très différent de celui de Nicolas Sarkozy, allié des dictateurs africains.


A la veille du sommet de la Francophonie, Idriss boude la rencontre de Kinshasa  en  effectuant désespérément  deux voyages en Guinée Equatoriale et en Afrique du Sud à la recherche d’une hypothétique alliance.


Il fait une escale à Kinshasa à la clôture du Sommet de la Francophonie pour vexer Paris.  Un jeu d’enfant de mauvais goût !


Irrité par le traitement  de l’information de la presse étrangère sur l’actualité au Tchad, Idriss Deby perd son sang froid et la raison.

Le service de la communication de la Présidence du Tchad attaque et accuse sans fondement  les médias français  de « Lynchage médiatique » du dictateur au pouvoir depuis deux décennies.

Cette sortie malencontreuse et maladroite de M.Djonabaye Dieudonné fait rappeler  de mauvais souvenirs aux régimes d’exceptions et à pensée unique qui ont dirigé le Tchad comme des potentats et qui ont fini de rencontrer des démêlées avec la France.

Qu’il pleuve ou qu’il neige, Idriss Deby doit se rendre compte  que l’heure du changement a sonné  et que l’irréversible rupture  emportera son régime impopulaire et  prévaricateur.


La rédaction du blog de  makaila