Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

PMTCHAD1.jpg

                              Emmanuel Nadingar : Le garçon de course de la République.

 

Depuis sa première nomination et au renouvellement de son bail à la Primature le 17 Août 2011, Emmanuel Nadingar, c’est bien de lui qu’il s’agit, est l’un des piètres PM que la République Débyfole ait connu. Il est bien vrai que Déby n’a jamais nommé un Premier Ministre en lui confiant tous les pouvoirs pour lui permettre de gouverner malgré la quinzaine  de premier ministres qui ont défilé pendant toutes ces deux décennies mais le cas d’Emmanuel est atypique.

Dans les vraies démocraties, le parlement légifère et le Gouvernement gouverne mais ce n’est nul le cas au pays de Toumai. Cela s’explique peut être par son cursus universitaire car depuis sa nomination le PM n’a jamais travaillé. S’il ne joue pas le protocole de Hinda, il se réduit à des inaugurations qui n’ont aucun sens et que même le Secrétaire Général de la Primature ou son adjoint pourrait s’en charger.

Le pauvre Emmanuel est sur tous les fronts comme un sapeur pompier en train de prêcher la bonne parole et les louanges de son maître qui lui a tout donné car Emmanuel n’a jamais imaginé être PM même dans ses rêves les plus fous. Mais, dans ce pays des fous, il n y a rien d’impossible surtout avec le prince d’Amdjarass. La douane fait une saisie, Emmanuel est là. La police arrête des malfrats, Emmanuel est là. Des vendeurs de charbon de bois arrêtés, Emmanuel est là. Il ne reste à ce pauvre Emmanuel que de le voir assister à une cérémonie de mariage d’un des parents de la famille régnante et prendre la parole.

Tout cela est bien dommage pour un pays pétrolier et dont les tchadiens ont d’autres chats à fouetter que le folklore qu’on leur présente chaque jour à la TV de la propagande où les ministres et le premier d’entre eux tout comme les autres cadres (on se demande s’il y a réellement des cadres dans ce pays) ne font que l’éloge de Déby et de Hinda. Il y a d’autres problèmes auxquels le Gouvernement devra s’atteler : la cherté de la vie (les prix ont augmenté du simple au double), le manque d’eau et d’électricité, le gaz qui reste introuvable tout comme le super et le gasoil. Les ndjamenois sont obligés de se ravitailler à Kousseri alors que leur pays est producteur de pétrole. Quel contraste ?

Après le quinquennat social qui a permis à tout l’entourage de Déby de s’enrichir, nous voilà au quinquennat du monde rural et de l’an I de la Renaissance. Mais de quelle Renaissance nous parle-t-on ? Au lieu de fuir leurs responsabilités, Emmanuel Nadingar, son Gouvernement et leur chef Déby feraient mieux de s’atteler aux vrais problèmes des tchadiens que d’amuser la galerie et continuer à distiller de slogans creux.


La rédaction du blog de makaila