Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Il y a quelques jours un certain Ayyoub Taher (certainement un lâche pseudonyme) à eu cet instinct animal de lancer une « fatwa contre le blog du GRAT et celui de Makaila » dans un message inique. Nous n’avons pas jugé utile de répondre à ce mécréant et cet apostat, le temps de lui trouver un médecin psychothérapeute. Mais les jours passent et ce rétrograde  qui voudrait entrer dans l’histoire à reculons continue sa débâcle morale et son rite macabre.

Ce faux « mufti » de la polémique stérile s’est complu dans des critiques brumeuses, émaillées de menaces, de mensonges, d’incohérence et de sous entendus destinés à provoquer des remous au sein de nos rédactions. « Honte à Taher et aux instigateurs de sa détestable et hideuse initiative. »

AYYOUB Taher est complément perdu, comme perdu dans un désert sans repère, il oublie même son vrai nom et se cache piteusement et lamentablement derrière un pseudonyme pour faire peur mais à qui ?

Le GRAT n’a peur que de Dieu, pas de ceux qui comme Taher se prennent pour des dieux. Nous maintenons le cap et continuons modestement a être « la voix des bouches qui n’ont pas de bouches » ainsi que de celles qui parlent derrière les masques (comme Taher) et dans les chambres insonorisées. Alors ne nous demandez pas de ne vous chanter que des berceuses. Nul n’est besoin d’être Benjamin Franklin pour savoir que « les choses qui font mal éduquent ».

L’entreprise destabilisatrice fomentée contre notre blog et celui de Makaila par ce cagoulard est mal inspirée… Ce n’est pas un acte de bravoure susceptible de justifier aux yeux du prince sa présence à Dakar. En vérité, ce n’est que de la pure lâcheté. C’est le moins que l’on puisse dire tant est si bien que cet affidé du pouvoir a horreur de la confrontation des idées.

Aujourd’hui, il serait illusoire, voire suicidaire de croire qu’on peut encore embrigader les esprits, bâillonner les consciences. Cette ère est bien révolue. Cependant, pour les nostalgiques, il faudra revisiter les traces des pratiques de la police sécrète au cimetière des dictateurs. Qu’ils comprennent aussi une chose : de Dakar à N’Djamena, en passant par Bamako et Ouagadougou, les tchadiens sont des consciences en mouvement et ils ne peuvent s’accommoder de cette culture de la pensée unique qu’on veux leur imposer. Que ces ânes politiques qui s’ignorent se souviennent que l’histoire a bien rattrapé Augusto Pinochet, Papon, Hssène Habré, Idi Amin Dada, Jean Bedel Bokassa, Charles Taylor, etc.

Contre l’injustice sociale, les dérives politico-économiques et la violation des libertés fondamentales, s’élèveront toujours de vigoureuses protestations.

«  C’est Dobian Assingar qui a mobilisé de l’argent pour permettre à Evariste d’ouvrir son blog et de faire de n’importe quoi ». Accusation infamante, sans fondement qui n’à d’autre but, ne parlons pas d’ambition, que de salir un empêcheur de tuer en rond. Heureusement que des gens comme Dobian existent encore pour dire NON ! On en a besoin pas pour de l’argent mais pour contribuer à changer le TCHAD.  Il fait partie de ceux qui osent penser librement et défendre dignement les libertés fondamentales… Accusez, Rabaissez, massacrer, insultez, assassinez, il en restera toujours.

Le GRAT manifeste toujours son attachement aux valeurs de la République car il craint qu’elles puissent être aujourd’hui menacées et les dérives d’un pouvoir manifestement concentré entre les mains d’une ethnie l’alarme d’autant. Il s’agit bien d’une position de vigilance et de contre feu… afin de provoquer un débat. C’est fait !

« Ayyoub Taher » doit se rendre à l’évidence d’une chose : dans la marche vers la liberté qui nous engage tous, point n’est besoin d’acheter les convictions à la cause. Elles existent déjà et on peut les apercevoir à chaque coin de la rue.  Elles n’ont peut être pas encore la chance d’être sur un certain pallier de l’échelle de notre société. Elles sont anonymes, mais elles constituent les forces les plus fidèles pour la lutte. Elles peuvent être par exemple les lecteurs anonymes du blog du GRAT, de Makaila et de ceux des autres.

Il est aussi temps de se départir de certaines considérations éculées consistant à attribuer le monopole de la puissance publique à une ethnie ou à des individus. Les clichés du genre « zagawa, goranes, sara, arabe, etc. » ou « l’homme fort du nord »,  « l’homme fort du sud » ont depuis lors jauni. Il n’a y a  pas d’homme fort qui soit, il n’y a pas d’ethnie forte qui soit. Seul le peuple est puissant. Il suffit qu’il se mobilise autour des idées fortes pour que ces soit disant hommes forts ou ethnies fortes semblent aussi vulnérables qu’une feuille desséchée au gré du vent. Aucun critère géographique ne doit tenir lieu de critère d’exercice de la souveraineté nationale. Tous les régimes qui en avaient fait leur cheval de bataille, n’avaient que des desseins machiavéliques.

A  ces bassesses de Taher, le GRAT ne s’associera pas. Mais comme ils pensent que  nous sommes dans une jungle, ça serait « œil pour œil, canine pour canine ».

 

Evariste DJETEKE

Secrétaire Exécutif du GRAT

Administrateur du blog : grat.over-blog.com