Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Le temps où N’Djamena, la capitale du Tchad, et l’ensemble du Tchad était comme un Far West est bien loin et un mauvais souvenir.

Mais la capitale tchadienne, a connu le 5 juin un événement qui rappelle étrangement les débuts de l’avènement au pouvoir du Mouvement patriotique du salut (MPS) du président Idriss Déby Itno.

Il s’agit de l’agression à l’arme blanche d’Abdérahmane Brahim Zène.

Le journal en ligne Cefod.org précise que:

«Le président de la jeune "étoile bronze du MPS", bureau de soutien du Mouvement patriotique du salut (MPS), parti au pouvoir, Abdramane Brahim Ali zen, a été mortellement blessé par plusieurs coups de poignard, au sein du Palais de Justice de N’Ndjamena, hier, 5 juin 2012 aux environs de 14 heures.

Le défunt sortait d’une audience relative au différend qui l’oppose à son épouse. L’auteur de ce forfait est l’un de ses beaux parents. Ce crime relance les débats sur l’insécurité sur l’ensemble du territoire national et intervient au lendemain de la rencontre sur l’insécurité dans la ville de N’djamena organisée par le ministre de la Sécurité publique et de l’iImigration, Ahmat Mahamat Bachir». 

L’homme que l’on appelait à N’Djamena le «fou du MPS» n’a pas été victime de l’une des nombreuses inimitiés que son zèle au service du président Idriss Déby Itno lui a attirées au sein même de son propre parti, mais d’une vengeance familiale.

Radio France Internationale (RFI) note que:

«Abdérahmane Brahim Zène a été violemment attaqué au couteau par un homme que les enquêteurs décrivent comme un de ses proches, dans la cour du palais de justice. Il est décédé plus tard des suites de ses blessures. Agé d’une cinquantaine d’années, ce militant du MPS, le parti au pouvoir, s’est imposé avec son association "Jeunesse étoile bronze du MPS".

Truculent, il savait bousculer le protocole et les services de sécurité pour s’adresser directement au chef de l’Etat. Tantôt pour demander des faveurs, tantôt pour dénoncer un responsable du parti, coupable à ses yeux de mauvaise pratique. Ce qui ne lui faisait pas que des amis au sein du parti. Mais il a fini par s’imposer dans le décor».

La triste fin d’Abdérahmane Brahim Zène a réuni les différents services et responsables en charge de la sécurité à N’Djamena autour des ministres de la Sécurité publique et de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Objectif: lutter contre le phénomène de l’insécurité grandissante.

 

 

http://www.slateafrique.com/88689/tchad-proche-du-parti-du-president-deby-assassine-par-sa-famille