Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

1206186131-tchad.jpg

 Les arrestations d’hier au Tchad de plusieurs responsables de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD) du Général du Mahamat Nouri, par le régime tchadien, soulève des interrogations au sein de l’opposition armée  tchadienne qui pointe d’un doigt accusateur le régime de Khartoum et la monarchie Qatarie d’avoir conspiré contre elle au profit d’Idriss Deby.

En effet, dans la foulée du réchauffement des relations entre Ndjaména et Khartoum, le régime d’Oumar Hassane El-béchir, a démantèle toutes les structures politico-militaires tchadiennes,  en expulsant  ou refoulant ses principaux  leaders et  contraignant  certains responsables politiques et militaires à rallier sans conditions ni préalables le pouvoir d’Idriss Deby sans garantie de sécurité à la base.

Avec donc les interpellations à Ndjaména des anciens membres de la rébellion tchadienne, les langues se délient et certaines voix au sein de l’opposition armée n’hésitent pas  d’accuser Khartoum et  le Qatar, d’avoir manœuvré pour l’anéantir complètement au nom d’une hypothétique paix au Tchad.

Selon un opposant tchadien en exil qui a requis l’anonymat, la situation actuelle est planifiée par le régime soudanais qui préserve ses intérêts sans se soucier de la vie des opposants tchadiens ni  des revendications nobles et légitimes du peuple tchadien qui aspire aux valeurs démocratiques et au respect de la dignité humaine.

Pour notre interlocuteur,  rien ne garantit désormais  à Doha, la quiétude de trois autres leaders tchadiens exilés dans la monarchie du golf.

Ce pays d’accueil serait entrain de leur mettre la pression pour négocier avec Ndjaména sans tenir compte de la question sécuritaire assez préoccupante. Selon  la même source, il n’est pas donc exclu que d’un jour à l’autre le Qatar dise aussi aux  leaders de  la rébellion tchadienne de quitter son territoire à défaut de rallier.

La crainte est donc réelle et perceptible dans les milieux des proches de la rébellion tchadienne.

Il est à déplorer que le sort des opposants tchadiens, soit le dernier souci des amis du Soudan et des alliés d’Idriss Deby.

 

Makaila Nguebla