Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Privatisation de l’Administration Tchadienne ?

L’avènement du MPS en Décembre 1990 qui a mis fin à une des dictatures les plus sanglantes d’Afrique a été accueilli avec soulagement par l’opinion nationale et internationale. Il convient de reconnaitre que beaucoup des progrès notables dans divers domaines ont été accomplis malgré quelques dérives inhérentes à tout apprentissage.

Chemin faisant et conscient de l’indifférence des Tchadiens, le clan au pouvoir a commencé à s’approprier petit à petit le monopole dans tous les secteurs :

-          Cela a commencé par l’Armée où tous les hauts grades et les postes de responsabilité sont détenus par le clan ; les autres Tchadiens servent simplement de chair à canon dans les moments difficiles.

-          Puis vient le tour de la Gendarmerie envahie par une nouvelle race de Commandants de légion, Commandants de compagnie et Commandants de brigade ne sachant ni lire, ni écrire et ayant pour seule spécialité l’arnaque de la population sous divers motifs fallacieux.

-          Le Corps de la Police à son tour s’est vu inondé par des Contrôleurs Généraux, Commissaires divisionnaires, Colonels et autres Commandants qui constituent en fait une véritable calamité aussi bien pour la population qu’ils sont censés protéger que pour la Police elle-même.

Encouragé  par la passivité de la population et fort de l’adage qui dit : « Qui ne dit mot, consent », le clan pousse ses tentacules dans divers secteurs de la vie économique et par des différentes manœuvres  s’arroge aussi les monopoles suivants :

-          C’est le cas des pharmacies où les autres Tchadiens sont obligés de mettre les clés sous le paillasson tout simplement parce que leurs pharmacies sont pillées ;

-          Le Commerce général  du fait des tracasseries douanières où seuls les membres du clan peuvent se permettre encore de les braver (Pour la petite histoire, le Ministre perroquet national Ahmat Bachir a du passer toute une nuit blanche pour saisir des marchandises et quelques véhicules en vue de distraire l’opinion sur l’ampleur du phénomène) ;

-          Le transit où seuls les privilégiés du clan ont le loisir de payer au trésor ce qu’ils veulent ;

Toutes ces situations, qui ne peuvent exister d’ailleurs qu’au Tchad, pourraient à la limite être interprétées comme des avantages liées à l’appartenance au clan au pouvoir et aux « redevances »que doivent payer les autres Tchadiens pour avoir été libérés.

Cependant, ces derniers temps, le monopole est entrain de toucher un domaine névralgique : l’Administration.

 Après vingt ans de règne et un monopole dans tous les autres domaines, le clan s’accapare sans aucune gène, ni d’égard pour les autres, de l’ensemble de l’Administration et surtout des postes de responsabilité jugés plus juteux comme une pieuvre.

En effet, les Décrets de nomination aux postes de responsabilité ces derniers temps n’obéissent qu’à une seule règle : l’appartenance ethnique.

Pour preuve, nous citerons :

-          Direction Générale des Impôts ;

-          Direction des domaines ;

-          Direction Générale des Douanes ;

-          Trésorerie Générale ;

-          Bureau National de Fret (BNF) ;

-          Fiscalité Pétrolière ;

-          Office Tchadien de Régulation des Télécommunications (OTRT);

-          Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS);

-          Direction Générale de Toumai Air-Tchad ;

-          Secrétariat Général du Ministère des Finances ;

-          Secrétariat Général de la Mairie ;

-          70% des DAAFM des différents Ministères.

Le plus choquant dans ce phénomène est qu’on débauche des vrais cadres qui peuvent valablement travailler pour le développement de ce pays pour les remplacer par des semi-lettrés, sinon des analphabètes n’ayant aucune référence, ni compétence dans le domaine et dont le seul mérite est l’appartenance au clan.

A ce rythme, on se demande bien si on peut trouver d’ici cinq ans, dans notre Administration des cadres qui peuvent concevoir une quelconque réflexion ou même adresser une simple correspondance administrative. Que Dieu sauve le Tchad.

Il est vraiment temps pour que les plus Hautes Autorités se ressaisissent en mettant fin à cet ethnocentrisme honteux  qui met à mal la fragile cohésion nationale.

Même si ceux qui initient cet épiphénomène n’ont aucun égard pour les autres, qu’ils pensent à ce pays pour lequel ils prétendent s’être sacrifiés.

On me dira certainement que les chiens aboient  et  la caravane passe, mais qu’ils sachent que plusieurs chiens enragés peuvent arrêter un jour cette caravane.

 

                                                                       MOUANODJI DJIMTOLOUM AUGUSTIN