Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHATCHAO.jpgTCHATCHAO-1.jpg

TCHATCHAO-3.jpgTCHACHAO-5.jpg

 

Chers compatriotes révolutionnaires.

 
  Voila cinq ans que nous luttons pour que la Démocratie soit restaurée au pays, pour que les crimes politiques et économiques soient punis, pour qu'il y'ait une veritable paix, pour que le citoyen se sente en sécurité sur toute l'étendue du territoire national, pour que ce citoyen Tchadien ait la véritable Liberté et entre pleinement dans ses Droits; conditions du vrai développement d'un pays.
  Il n'est pas surprennant et régrettable pour moi de voir les éfforts de ces cinq ans se dispercer en un laps de temps comme ce fut l'etat actuel que nous vivons: le desarmement de toutes nos forces et la dispersion de notre troupe et de nos cadres, c'est au contraire une étape salvatrice qui aujourd'hui nous donne l'occasion de faire notre bilan et d'avoir de nouvelles perspectives novatrices sur des bases saines pour un Nouveau Tchad capable de panser ses plaies.
  Nous avons vécu cinq ans très difficiles avec d'importants dégats humains et matériels causés à la CHERE PATRIE, la trève actuelle est bien aussi sérieuse en connaissant l'esprit humain qui ne peut suporter unanimement des situations de souffrances morales.
  En éffet, l'UFR fut la seule composante qui nous a presque tous rassemblés; les plus grandes organisations politico-militaires de l'est du pays mais l'elite qui dirigeait sa destinnée n'a pas été à la hauteur de resoudre les problèmes internes à l'organisation; par leur desaccord sur le leadership, la non conformité de la désignation de la Présidence et inéluctablement ce fut l'echec.
  Permettez moi de vous faire savoir en tant qu'officier que l'echec que nous avons subi ne nous était aucunement infligé par l'énnemi mais c'est dans notre propre  piège que nous étions tombés.
  D'ailleurs, cette auto-critique que je me permet de faire ne veut pas dire que la révolution n'avait pas des attouts afin de pouvoir mieux méner sa lutte et arriver à la victoire; au contraire elle disposait de tous les moyens appropriés, humains et materiels pouvant non seulement liberer le Tchad mais plus du double.
  C'est pourquoi aujoud'hui, nous, combattants sommes disponibles pour contribuer à apporter  un VRAI CHANGEMENT AU TCHAD. Changement qui liberera le Peuple de son état d'tage actuel, avec une nouvelle vision de la VRAIE DEMOCRATIE ET DE LA VRAIE LIBERTE, donc la VRAIE RENNAISSANCE.
   A cela notre espoir répose sur la participation des cadres politiques et militaires de bonne morarilité tels que: ACHEIKH IBN OUMAR, DJIBRINE ASSALI, ADOUM YACOUB KOUGOU, le chef de parti politique ADOUM HASSANE ISSA et tant d'autres que je ne peut tous citer; des hommes d'une grande valeur par leur passé au pays et pendant les moments difficiles de la page de notre Histoire.
  Chers compatriotes, si j'occupe aujoud'hui votre temps pour que vous contempliez ces pétites lignes, cela n'est pas seulement pour rompre le cilence mais c'est vous inviter à etre témoins de la fuite en avant du régime de Déby qui au lieu de chercher à résoudre définitivement nos problemes avec tous les moyens dont il dispose, ne cesse de nous humilier, d'humilier le Peuple par des actes et des déclarations démagogiques et érronnées sur toutes les occasions qui se présentent. Si nous avons accepté le desarmement ce n'est jamais une faiblesse ou un echec total comme il  pouvait le croire, nous avons cru à certaines cupidités entretennues sur un soit disant dialogue malgré nos insuffisances ci-déçus cité.
   Nous n'avons pas choisi de faire la guerre(tuer ou se faire tuer), c'est la conduite du régime dépuis vingt ans qui en est la base. En effet, jusque là nous croyons encore à la paix à condition que le régime MPS accepte d'engager un vai dialogue pour sauver notre Patrie. C'est la raison qui nous a amené à reporter ces derniers jours nos
OPERATIONS COMMANDOS qui devaient démontrer que nous éxistons; nous les avons reportées aussi par respect à notre Peuple de voir la fete du cinquantenaire se passer sans éfusion de sang et laisser les différentes délégations des pays amis de regagner en paix leurs pays.
   En définitive, en tant que soldat c'est les intérets de la Patrie qui priment; et qui dit Patrie dit intégrité territoriale et souveraineté de l'Etat contrairement à la gouvernance actuelle au Tchad. Nous devons tirer des leçons du passé de notre lutte afin que comme je l'ai énnonce ci-haut, à l'image de notre noble CONFERANCE NATIONALE de 1993, ayons le courage chers compatriotes dans la prochaine demarche d'accepter des hommes humbles et propres qui puissent valablement apporter un bon fruit qu'il soit dans la lutte ou qu'il soit au dialogue car, nous avons accepté pendant les cinq précedentes années toutes les ordures qui ont souillées notre cause.
   Je profite de l'occasion pour lancer un appel à toute la jeunnesse de se mobiliser sur ce dernier tournant, de ne plus accepter un semblant de paix et de développement alors que notre peuple vit encore les pires injustices, l'insécurité, le pillage, les viols, la misère... dans toutes les autres villes et campagnes du pays.
 
   A mes frères d'armes, le moment est vennu afin de prendre la responsabilité. Partout dans le monde ,l'armée s'est illustrée pour réconsidérer la voix de son Peuple, le dernier cas est celui du Niger voisin; et nous, que ferons-nous de notre Chère Patrie et de notre Vaillant Peuple qui a vu ses fils aller combattre pour liberer la France alors qu'aujourd'hui c'est nous qui cautionnons l'oppression sur notre peuple.
 
  
   LA PATRIE OU LA MORT
 
 
    COL TATCHO