Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchadien.jpgUne bonne partie des populations tchadiennes est menacée de famine. La communauté internationale a lancé un crie d’alarme et elle se mobilise à cet effet.

C’est vrai que la nature n’a pas été clémente dans les régions frappées par la sécheresse. Mais le Tchad, pays pétrolier doit en principe compter avant tout sur soi-même, prendre ses responsabilités en prenant à bras le corps les difficultés dont sont victimes les populations menacées par la famine et ensuite il peut en cas de nécessité faire appel à la communauté internationale.


Malheureusement cette situation constitue le dernier souci de Deby. Sans vergogne, il affiche un comportement dont le moins que l’on puise dire est que son message adressé à travers ce comportement aux populations concernées, débrouillez-vous et vous pouvez compter sur la solidarité de la communauté internationale.


Il a par ailleurs, donné l’impression qu’il rompt avec le surplace de son régime qu’il impose au Tchad, au moins sur le plan politique. Un calendrier a été établi, il fixe les échéances électorales. Mais c’est méconnaître l’homme. En fait la manœuvre visant à organiser des élections n’est que bluff. Il s’agit plutôt pour lui de desserrer l’étau qui a tendance à se resserrer contre lui au vu des signaux adressés par la communauté internationale et notamment son protecteur privilégié, le régime français.


Il est revenu sur ce semblant d’engagement en renonçant à l’organisation du recensement électoral. La mesure a été justifiée par le manque des moyens. En réalité il se complait bien dans la situation actuelle qui lui permet de concentrer tous les pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire). En effet, les députés sont tenus par la laisse de l’illégitimité et la corruption pour les quelques récalcitrants. D’où leur silence de mort et leur appétit à avaler in salaire indu, car non justifié. Les deniers publics sont destinés à faire face à des dépenses relevant de l’intérêt général. Quel est le député tchadien actuel qui peut se targuer de dire qu’il agit dans le cadre de l’intérêt général ? Ils agissent tous contre leur conscience. Mais ils n’ont pas le courage à renoncer à un privilège non mérité (salaire) et surtout à affronter le courroux du tyran.


Deby ignore donc les souffrances des populations menacées par la famine et roule comme d’habitude l’opposition politique tchadienne et la communauté internationale dans la farine. Car, le dictateur ne lâche pas du leste avec une simple promesse d’organiser des élections libres et transparentes.


Entre temps, l’argent du pétrole du Tchad est domestiqué par Deby. Il sert à narguer le peuple tchadien à qui on jette de la poudre aux yeux avec quelques réalisations pompeuses ça et là mais en fait ne respectant jamais les normes requises (bâtiments ou quelques km de route). La vie de ces ouvrages est précaire, voire comptée. Car elles ne résisteront jamais aux intempéries. Rappelons que les entreprises maître d’ouvrage manquent soit de performance soit d’expérience et les marchés publics leurs sont attribués grâce à la corruption ou à l’affinité.


La vraie utilisation du pétrole tchadien est à rechercher ailleurs. Quelques malins entourant le maître du Palais rose se distinguent par l’affichage d’une vie opulente reflétant une richesse mal acquise ; les parents du dictateur qui n’hésitent pas à puiser illégalement dans les caisses de l’Etat, les armes et munitions pour alimenter les guerres du Darfour et contenir les assauts de l’opposition armée contre la dictature peuvent constituer un début d’explication. Mais tout cela n’est que la partie visible de l’iceberg. Notre fameux dictateur rêve plutôt d’une vie tranquille quelque part suite à une fuite provoquée par l’opposition armée ou un soulèvement populaire. C’est vers cette logique que les tchadiens doivent chercher le gouffre qui avale l’argent du pétrole du Tchad.


Les tchadiens doivent penser aux voies et moyens qui permettent de mettre fin à cette hémorragie et défendre leur patrimoine d’être dilapidé. Des garde-fou doivent être conçus pour empêcher l’aggravation d’expatriation de leur argent et du rapatriement de ce qui a été déjà expatrié.

Un sursaut national est nécessaire pour relever tous ces défis. La tâche est certes difficile mais le peuple tchadien est capable de faire face à une telle situation, car, impossible n’est pas tchadien.

Trois scénarios sont envisageables pour atteindre cet objectif :

-        Le premier serait un coup d’Etat à la nigérienne.      Malheureusement cette hypothèse n’est pas envisageable au Tchad pour la simple raison qu’il n’existe pas dans ce pays une armée républicaine. La milice que Deby a institué sert plutôt à bâillonner, terroriser et martyriser les paisibles citoyens en arguant la protection du régime.

-        Le deuxième scénario serait un soulèvement populaire qui avec l’appuie de la communauté internationale contraindrait le dictateur à fuir. C’est une hypothèse empreinte d’illusions compte tenue du manque de la maturité politique du peuple tchadien et surtout du degré du fatalisme ambiant au Tchad.

-        Le troisième scénario constitue le fondement même de l’espoir pour le peuple tchadien. En effet l’opposition armée jusqu'à preuve de contraire est la seule capable à mettre un terme au régime tyran et despotique de Deby. C’est pourquoi une grande responsabilité pèse sur ses épaules. Elle est tenue de ne pas décevoir le peuple tchadien dont les yeux sont rivés vers elle et ce, malgré les péripéties de parcours qu’elle traverse.

 

Fait le 25 mars 2010

 

ABOU ZAID